12.000 euros dans la cellule d’un détenu

  • A
  • A
12.000 euros dans la cellule d’un détenu
@ MAXPPP
Partagez sur :

La somme d’argent et des clefs USB ont été découvertes à la prison de Muret, près de Toulouse.

C’est un véritable butin qu’ont découvert les gardiens. Douze mille euros et une clé USB 3G ont été trouvés sur un détenu lors d'une fouille à la prison de Muret, en Haute-Garonne, ont indiqué mardi le parquet et les syndicats.

Selon le quotidien La Dépêche du Midi, qui rapporte l'information, la fouille de certaines cellules lundi a conduit un détenu à partir en courant et à essayer de se débarrasser d'un paquet, que les gardiens ont récupéré. Le paquet recélait 24 billets de 500 euros et une carte 3G permettant de communiquer avec l'extérieur sans contrôle. La fouille à corps a aussi permis de mettre la main sur 14 grammes de haschich détenu par cet homme qui purge une peine de 18 ans de réclusion criminelle.

Plutôt une mule qu’un caïd

Les syndicats de gardiens de prison UFAP et SPS évoquent la piste de "trafics de drogue et de portables assez importants au sein de l'établissement" pour expliquer la provenance de l'argent. "C'est aller un peu vite en besogne", a dit le procureur de Toulouse Michel Valet en attendant les résultats de l'enquête qu'il a confiée aux gendarmes.

Le détenu incriminé n'était pas particulièrement surveillé, "il s'agirait plutôt d'une mule que d'un caïd", a dit Laurens Maffre, secrétaire régional des gardiens UFAP-UNSA. Pierre Montreuil, délégué régional du syndicat des non-gradés SPS, parle, lui, d'une "intensification des trafics et de bandes qui se reforment" dans la prison. Il a réclamé "un coup de pied dans la fourmilière et le transfert des détenus repérés pour les couper de leurs réseaux".

"Il y a eu une belle bagarre entre des groupes de deux bâtiments le mois dernier avec une blessure par arme blanche", a rapporté Pierre Montreuil. Muret n'accueille que des détenus purgeant une peine définitive et ceux-ci peuvent circuler dans l'établissement le matin et l'après-midi. "Il faudrait au moins sectoriser les zones, mais cela coûterait cher", a jugé le délégué SPS. Le responsable de l'UFAP demande "des fouilles plus ciblées et une modification des règlements intérieurs".