Un "fonds vert pour le climat" créé

  • A
  • A
Un "fonds vert pour le climat" créé
Près de 200 pays, rassemblés sous l'égide de l'ONU, ont signé un accord international à Cancun.@ REUTERS
Partagez sur :

A Cancun, les 200 pays ont annoncé vouloir poursuivre le protocole de Kyoto.

Des avancées pour l'environnement. Près de 200 pays, rassemblés sous l'égide de l'ONU à Cancun, au Mexique, ont adopté samedi un accord qui décline toute une série de mécanismes pour lutter contre le changement climatique. Et ce, malgré l'opposition de la Bolivie, seul pays à s'être prononcé contre le texte.

Kyoto : les discussions encore ouvertes

Dans cet accord, les pays se sont entendus pour repousser à 2011 les négociations sur l'avenir du protocole de Kyoto, seul protocole juridiquement contraignant sur le climat existant à ce jour. Et ce, alors qu'il se termine en 2012. Aucune allusion n'est faite, dans le texte à une seconde période d'engagement et de promesses à tenir pour l'environnement. Mais elle est toutefois envisageable suite aux décisions prises au Mexique.

Le compromis reconnaît qu'il faut "des réductions importantes" des émissions de gaz à effet de serre pour limiter la hausse de la température globale à 2 degrés, selon les préconisations des scientifiques. Il demande également aux pays industrialisés de réduire leurs émissions de 25 à 40% d'ici à 2020, par rapport à 1990, pour atteindre les objectifs préconisés par la science. Ce point est inscrit dans le texte consacré au protocole de Kyoto, et donc n'implique pas le deuxième plus grand pollueur, les Etats-Unis, qui ne l'a pas ratifié.

En contrepartie de ce report d'un an sur les négociations du protocole de Kyoto, de nouvelles mesures pour lutter contre le changement climatique ont été adoptées. Elles incluent la création d'un "fonds vert pour le climat" devant aider les pays en développement à s'adapter au changement climatique. Le texte fait état également de mesures pour la protection des forêts tropicales et le partage des technologies vertes.

Une "nouvelle ère" après Copenhague

"C'est une nouvelle ère dans la coopération internationale sur le changement climatique", s'est réjoui la ministre mexicaine des Affaires étrangères, Patricia Espinosa.

Un an après l'échec lors de la conférence de Copenhague, le rendez-vous de Cancun a redonné des couleurs au processus de négociations internationales. L'an dernier, 85 pays s'étaient engagés à réduire ou à freiner leurs émissions d'ici 2020, des promesses qui ne sont pas contraignantes. Elles ne sont pas suffisantes non plus à en croire les scientifiques qui préconisent de limiter le réchauffement à deux degrés Celsius.

La prochaine conférence de l'ONU sur le climat se déroulera à Durban, en Afrique du Sud, en 2011.