Pollution à Paris : bientôt un plan

  • A
  • A
Pollution à Paris : bientôt un plan
La ville de Paris prépare un plan pour lutter contre la pollution dans la capitale.@ MAXPPP
Partagez sur :

POLLUTION - L’adjoint écologiste à la mairie de Paris chargé des Transports en présentera les grands axes dans quelques jours.

L’INFO. Le dernier fort pic de pollution à Paris a, semble-t-il, fait bouger les choses. Pour éviter le retour des particules fines au-dessus des habitants de la capitale, la mairie de Paris va présenter dans les prochains jours un plan antipollution, rapporte Le Parisien. Il est composé de trois grands axes visant notamment à réagir rapidement aux pics de pollution et à réduire l’importance du diesel à Paris.

>> A LIRE AUSSI - Pollution de l'air : ce qu'il faut savoir

Être plus réactif avant les pics de pollution. La leçon a été retenue. En mars, lorsqu’une chape de pollution était tombée sur la capitale, il avait quasiment fallu une semaine aux autorités pour mettre en place de circulation alternée et la gratuité dans les transports. Désormais, l’objectif est de donner aux pouvoirs publics la capacité de réagir bien plus tôt.

Premier élément : la gratuité du stationnement résidentiel sera possible dès que le seuil d’information sera atteint (soit 50 mu de particules fines /m2) quand il faut que le seuil d’alerte soit dépassé (80 mu de particules fines /m2) à l’heure actuelle. Au deuxième jour du seuil d’information, les Velib’ et les Autolib’ deviendront même gratuits.

La circulation alternée et la gratuité dans les transports en général seront également disponibles “dès que le seuil d’alerte est susceptible d’être franchi”. Ce dernier point sera cela dit assez compliqué à mettre en place. Cette décision dépend en effet de la mairie, mais également de l’Etat et du Syndicat des transports d’Île-de-France (Stif).

978x489 LeLab - Contre la pollution, le gouvernement met en place la circulation alternée à Paris et en petite couronne

Moins de diesel. La mairie de Paris souhaite aussi réduire fortement le nombre de véhicules qui roulent au diesel dans la capitale à partir de 2020. Elle incitera notamment les habitants de la capitale à investir dans des voitures moins polluantes en leur offrant la gratuité des transports en commun pendant un an. D’autres mesures pour les professionnels devraient aussi être proposées.

Pour montrer l’exemple, la mairie de Paris devrait remplacer ses véhicules qui roulent au diesel à partir de 2014. Elle met aussi la pression sur la RATP pour que cette dernière accélère son plan de sortie du diesel prévu pour 2025.

Des zones de moindre pollution. Le plan présenté la semaine prochaine prévoit enfin la création de secteurs dans la ville où la circulation des véhicules les plus polluants pourrait être limitée, voire interdite. Rien à voir cela dit avec Londres, qui a instauré un péage à l’entrée du coeur de la ville en 2003, mais c’est un début. En 2011, la ville de Paris s’était portée candidate à l’expérimentation d’un dispositif similaire, mais s’était heurtée à des problèmes techniques.

Grenoble aussi. Alors que la capitale de l'Isère vient d'élire un maire écologiste, un projet similaire devrait voir le jour. La ville, située dans une cuvette, souffre de la stagnation de l'air et donc de fort taux de pollution, notamment l'été et l'hiver. Le nouvel édile, Eric Piolle, prévoit en effet de développer les transports en commun en étendant leurs amplitudes horaires. Il souhaite également les rendre gratuits pour les jeunes de 18 à 25 ans et pendant trois mois pour les nouveaux arrivants dans la ville.

sujet_scalewidth_460

PRATIQUE - Pollution de l'air : ce qu'il faut savoir

FACT-CHECKING - Pollution de l'air : s'agit-il de la première plainte au pénal ?