Ouragans : une des pires saisons

  • A
  • A
Ouragans : une des pires saisons
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’année 2010 va connaître de très violents ouragans, comme le montre la tempête Agatha.

Le pire est à venir. Selon les spécialistes, il faut s’attendre à de très grosses tempêtes cette année. La saison 2010 des ouragans, qui a commencé le 1er juin, dans l'Atlantique pourrait, en effet, être "une des pires" jamais enregistrées, a prévenu Jane Lubchenco, sous-secrétaire au Commerce chargée de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Le Guatemala déjà touché

Entre 14 et 23 tempêtes, suffisamment importantes pour que leur soit donné un nom, avec des vents minimums de 62 km/h, sont prévues pendant la saison des ouragans 2010. Ces tempêtes pourraient donner à lieu à entre 8 et 14 ouragans avec des vents supérieurs à 119 km/h.

Et le vent a déjà commencé à souffler en Amérique centrale. La tempête tropicale Agatha, première de la saison cyclonique, a ravagé le week-end dernier le Guatemala et ses voisins d'Amérique centrale, le Honduras et le Salvador. Cent quarante-quatre personnes sont mortes.

Trois à sept des ouragans prévus pourraient être classés "majeurs" (catégories 3 à 5) avec des bourrasques de 178 km/h minimum. Ces prévisions ont 70% de chances de réaliser, a indiqué au cours d'une conférence de presse Jane Lubchenco.

Impact sur la marée noire

Dans le golfe du Mexique, où naissent souvent ces phénomènes météorologiques, un ouragan pourrait avoir un impact sur la marée noire : "du pétrole pourrait être transporté dans les terres par les lames", a redouté la responsable de la NOAA tout en soulignant que les vents pourraient mélanger le brut avec l'eau et accélérer sa dégradation naturelle.

En effet, comme l’a souligné Claude Fons, ingénieur en météo et spécialiste de la météo marine, sur Europe1, "en ce qui concerne la marée noire on peut être inquiet car avec les vents forts qui sont générés, la surface de la mer créée des vagues qui sont propulsées vers les côtes. Il y a donc un phénomène inquiétant. Mais en même temps, ces vagues vont fractionner les plaques résiduelles de surface", a ajouté le spécialiste.