Les algues vertes de retour en Bretagne

  • A
  • A
Les algues vertes de retour en Bretagne
Trois tonnes ont été ramassées la semaine dernière selon Philippe Delsol@ MaxPPP
Partagez sur :

Des plages voient proliférer ces algues toxiques en raison de la douceur des températures.

Elles sont un peu en avance. Avec les premières chaleurs, les algues vertes ont déjà commencé à faire leur retour sur plusieurs plages de Bretagne, notamment dans les Côtes d’Armor, département déjà à l'affiche d'une campagne choc de France-nature Environnement (FNE) pour dénoncer le fléau.

"On a ramassé trois tonnes la semaine dernière, une tonne et demie hier, ce n'est pas de gros tonnages mais c'est plus l'aspect visuel et psychologique", a constaté le maire de la petite ville de Plouha, Philippe Delsol. "En 2010, on a eu la chance d'avoir zéro tonne, 50 tonnes en 2009", a précisé le maire de cette commune, située entre Saint-Brieuc et Paimpol.

Dans la baie de Lannion, près de 100 tonnes ont été ramassées ces 10 derniers jours, selon les informations recueillies par Europe 1. Thierry Burlot, vice-président de la région, en charge du dossier algues vertes, explique le phénomène par les conditions météorologiques. "On a eu un hiver neigeux où il y eu beaucoup d’eau. Des eaux qui charrient des nutriments, riches en azote et en phosphore, et qui se jettent dans des baies fermées", précise l'élu à Europe 1.

"C'est pour cela qu'il faut les ramasser"

"Il fait beau depuis plus d’un mois en Bretagne avec des températures anormalement élevées, avec 5 ou 6 degrés au dessus de la moyenne saisonnière. L’eau se réchauffe et l’algue se développe plus facilement dans une eau réchauffée", poursuit Thierry Burlot. "L’algue, quand elle est fraîche, n’est pas dangereuse. C’est quand elle entre en putréfaction qu’elle dégage de l’hydrogène sulfuré, un gaz toxique aussi issu des déjections animales, des fumiers et des lisiers principalement", tient-il cependant à préciser. "Si les algues restaient en putréfaction longtemps sur la plage et que des enfants allaient jouer dedans, ce serait très dangereux. C’est pour cela qu’il faut les ramasser", conclut-il.

Pour Thierry Dereux, président de Côte d'Armor Nature environnement, les algues ne sont pas "toxiques" quand elles sont fraîches, mais quand elles sèchent sur les plages, "au bout de 48h à 72h", estime-t-il mardi sur Europe 1. Les problèmes d'algues vertes ne concernent pas seulement la Bretagne, rappelle-t-il, mais aussi la Vendée, la Normandie et la pollution est "partout présente en France".

Dénoncé depuis des années par les écologistes et certains élus locaux, le phénomène des algues vertes n'a commencé à être pris en compte par l'Etat qu'après la mort en 2009 d'un cheval qui avait inhalé les émanations empoisonnées d'ulves en putréfaction et le décès d'un transporteur d'algues, frappé par un arrêt cardiaque.

En février, la région Bretagne avait assigné en justice les écologistes de la FNE pour "atteinte à son image". Les affiches en cause représentaient un enfant jouant sur une plage engluée d'algues vertes, avec ce message : "Bonnes vacances - L'élevage industriel des porcs et les engrais génèrent des algues vertes, leur décomposition dégage un gaz mortel pour l’homme". Le procès a été renvoyé au 6 mai prochain.