"Le réchauffement est une réalité"

  • A
  • A
"Le réchauffement est une réalité"
@ REUTERS
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy a ardemment défendu les scientifiques du Giec lors d’une conférence jeudi.

Nicolas Sarkozy a affirmé jeudi que le réchauffement climatique était "une réalité", en ouvrant la Conférence internationale sur les grands bassins forestiers à Paris. Il a ainsi défendu les scientifiques du Giec, en butte aux critiques des climato-sceptiques. "Les critiques qui se sont abattues récemment sur certains travaux de ce formidable réseau mondial de scientifiques ne doivent pas faire perdre de vue l'essentiel : le réchauffement climatique est une réalité", a insisté le président de la République.

La Conférence internationale sur les grands bassins forestiers, qui se tient jeudi, est consacrée à la lutte contre la déforestation, responsable de près de 20% des émissions de gaz à effet de serre. Les représentants d'une soixantaine de pays des grands bassins forestiers d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie y participent.

L’après Copenhague

Nicolas Sarkozy a lancé un appel à une relance rapide des négociations sur le climat mais sur d'autres bases que celle du sommet de Copenhague. "Ce sommet a été frustrant, il a été difficile et pourtant il a marqué un tournant essentiel, si nous faisons le service après-vente", a-t-il dit.

Le président français s'est aussi efforcé de relancer l'idée d'une alliance entre les pays développés prêts à réduire massivement les émissions de CO2 et les pays sous-développés ou émergents les plus vulnérables.

La France reste attachée au cadre de travail des Nations unies, à condition que "les résultats soient au rendez-vous", a expliqué Nicolas Sarkozy, qui a souhaité un changement de méthode et la préparation d'un texte par un groupe restreint où toutes les régions du monde seraient représentées. Il a demandé aux pays d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie de "comprendre que le clivage n'est pas un clivage nord-sud" mais "entre les pays qui veulent agir (...) et ceux qui veulent attendre et laisser passer l'orage."