L'Homme contraint de quitter la Terre ?

  • A
  • A
L'Homme contraint de quitter la Terre ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Il faut se préparer à changer de planète, annonce un astrophysicien.

La race humaine doit coloniser l'espace dans les 200 prochaines années si elle ne veut pas disparaître. Tel est le verdict qu’a livré lundi le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking, dans un entretien au site internet Big think. Une théorie certes formulée par un grand spécialiste, mais qui se heurte à une question essentielle : où aller ?

"Je pense que l'avenir à long terme de la race humaine se trouve dans l'espace. Il sera déjà difficile d'éviter une catastrophe sur la planète Terre dans les 100 prochaines années, sans parler du prochain millier ou million d'années", a déclaré le scientifique.

Stephen Hawking, 68 ans, mondialement connu pour ses travaux sur l'univers et la gravité, est l'auteur d'Une brève histoire du temps, l'un des plus grands succès de littérature scientifique.

Se "déployer" dans l’espace

"La race humaine ne devrait pas mettre tous ses œufs dans le même panier, ou sur la même planète", a-t-il déclaré, avant d’ajouter : "j'entrevois de grands dangers pour la race humaine. A de nombreuses reprises par le passé, sa survie a été dans une situation délicate", a-t-il expliqué, évoquant en particulier la crise des missiles à Cuba en 1963.

"La fréquence de telles menaces va probablement augmenter à l'avenir. Nous aurons besoin de faire preuve de prudence et de jugement pour les gérer avec succès. Mais je suis optimiste", a relevé Stephen Hawking.

Selon lui, "si nous pouvons éviter une catastrophe au cours des deux prochains siècles, notre espèce devrait être sauve si nous nous déployons dans l'espace".

"Il n’y a nulle part où aller"

Sans départ pour l’espace, point de salut ? Philippe Henajeros n’est pas du tout de cet avis. Pour le rédacteur en chef de la revue Ciel & Espace, "Stephen Hawking a peut-être raison de s’inquiéter pour l’humanité mais on oublie un petit détail : il n’y a aucun endroit vivable dans l’espace".

"Il n’y a nulle part où aller", renchérit-il, avant d’ajouter : "la planète la plus proche de la Terre en termes de conditions de vie, c’est Mars. Mais il faudrait rendre la planète habitable, ce qui prendrait des siècles et ne serait pas durable".

"Stephen Hawking est un grand astrophysicien, très compétent", poursuit-il, "mais la solution qu’il donne est très sujette à caution". Conclusion de cet auteur de nombreux livres de vulgarisation sur l’espace : "si solution il y a, c’est sur Terre, c’est en quelque sorte notre vaisseau". Les fans de science-fiction risquent d’être déçus.