Iles Féroé : un massacre orchestré

  • A
  • A
Iles Féroé : un massacre orchestré
@ DR
Partagez sur :

Des images d’une chasse traditionnelle aux gros dauphins provoquent la colère sur le net.

Les photos circulent depuis plusieurs semaines par mail. Un mail dont le titre est pour le moins évocateur : "Massacre des globicéphales aux Iles Féroé". Le décryptage d’Europe1.fr.

Qu’est-ce que c’est ? Le buzz a été relancé récemment, via un mail. "Incroyable que cela puisse exister. Honte au Danemark", peut-on lire. Le courrier électronique tente de dénoncer ce qui est qualifié de "massacre" et d’"acte viril" : une chasse aux gros dauphins aux Iles Féroé, qui se déroule depuis des siècles. Le tout en s’appuyant sur une série de photos toutes plus insoutenables les unes autant que les autres et sur lesquelles on voit des Féroïens abattre des globicéphales noirs, près des côtes, dans une mare de sang.

Depuis quand ? Les photos diffusées dans le mail ne sont pas récentes. A en croire le site Hoaxbuster, qui décrypte les rumeurs qui circulent sur le web, elles circulent sur le net depuis 2004 au moins. Mais ces images ne sont pas un canular. De nombreux médias les ont utilisées pour parler de cette chasse traditionnelle notamment en 2006 et 2008. La diffusion actuelle de cette information est peut-être due au succès du documentaire sur le massacre des dauphins au Japon ce week-end. The Cove, La Baie de la Honte a reçu le week-end dernier un Oscar.

Un véritable massacre ? L'interprétation des images diffère entre les médias et les autorités des îles Féroé. "C’est une activité communautaire d’une grande valeur : savoir tirer de la nourriture de la mer de ses propres mains", voilà comment est décrit l’acte par Kate Sanderson, conseillère du cabinet du Premier ministre des Iles Féroé, dans un documentaire diffusé par Thalassa en 2004. Dans le pays, il s’agit d’une véritable chasse et non d’une pêche, tiennent à préciser les habitants.

Retour à l’origine. La viande de globicéphales, espèce qui n'est actuellement pas protégée, était l’unique ressource en vitamines et protéines pour les Féroïens. La chasse était alors une nécessité et elle s’est ancrée naturellement dans la culture de chacun des habitants des îles depuis toujours. Depuis 1580, un carnet de chasse est tenu à jour et dans lequel sont indiqués le poids et la taille de l’animal, mais aussi la date et le lieu de capture. Grâce à ces éléments relevés, des études rétrospectives sont ainsi réalisées.

Comment est-ce organisé ? Il n’y a pas d’organisation à proprement parlé. La chasse peut intervenir à n’importe quel moment, une fois que les globicéphales se rapprochent des côtes et qu’un pêcheur les aperçoit. Dès lors est lancée une course contre la montre : le pêcheur lance l’alerte, les bateaux encerclent les gros dauphins et sur la côte les hommes attendent les bêtes prisent au piège entre les embarcations et la terre. Les chasseurs à terre utilisent ensuite des crochets pour ramener l’animal et l’abattent avec un couteau sur la plage. Deux outils utilisés pour limiter les souffrances du globicéphale, expliquent les Féroïens.

Pourquoi ? A l’origine, les globicéphales étaient chassés pour leur viande. Et c’est le cas encore aujourd’hui : elle représente un quart de leur alimentation. Autre tradition : après la chasse intervient le partage. Il s’agit d’une distribution gratuite de morceaux des animaux tués destinés aux chasseurs, aux villageois les plus proches, ainsi qu’aux pensionnaires des hôpitaux et des maisons de retraite. Pour autant, la viande des globicéphales n’est plus recommandée en raison d’une présence accrue d’éléments toxiques et polluants, dus aux activités humains au sein des mers et océans.

Les dénonciations. Outre ce genre de mails qui circulent, des pétitions ont été lancées sur le net pour demander au Danemark d’agir. Un groupe Facebook a également été crée. Les écologistes, comme Paul Watson, ont tenté de s’opposer à ce carnage en vain.

REAGISSEZ - Que pensez-vous des photos diffusées sur cette chasse traditionnelle féroïenne ?