Idées reçues en matière de gestes verts

  • A
  • A
Idées reçues en matière de gestes verts
@ EUROPE 1
Partagez sur :

SERIE (5/5) : Europe1.fr démonte 10 a priori en matière de gestes bons pour l’environnement.

Laver les boîtes de conserve. Pas besoin de nettoyer la boîte de raviolis ou le bocal de confiture avant de les jeter dans la poubelle destinée au recyclage. Il suffit de bien vider ses emballages pour pouvoir les recycler. Il ne faut pas non plus les jeter à moitié pleins. De même, il n’est pas nécessaire de décoller les étiquettes.

Les bouchons en plastique. Cela n’a pas toujours été le cas, mais ils ne nuisent plus au recyclage des bouteilles en plastique, on peut donc les jeter dans la benne à recyclage. C’est plus hygiénique car les produits ne coulent pas sur les emballages et cela permet de compresser les bouteilles.

La vaisselle. Pas besoin de sortir les gants mappa et une éponge pour avoir la conscience tranquille, le lave-vaisselle utilise souvent moins d’eau qu’un lavage à la main. C’est encore plus vrai pour les appareils de dernière génération et d’autant plus si vous laissez couler l’eau pendant que vous frottez vos assiettes, une mauvais habitude à proscrire de toute façon.

L'essence. Le moteur diesel a longtemps été vanté pour sa faible consommation de carburant. De là à en déduire qu’il pollue moins, c’est exagéré. Certes, il rejette moins de dioxyde de carbone, mais pêche par le rejet de nox (dioxyde d’azote) et de particules fines. Même si les filtres à particules ont permis des progrès.

Les panneaux solaires. Le solaire marche par tous les temps puisqu’il fonctionne avec la lumière. Même s’ils sont plus avantageux dans les régions ensoleillées, les panneaux photovoltaïques restent tout à fait intéressants dans le nord de la France et même dans les pays du nord de l’Europe. Ils produisent seulement moins d’énergie avec la même installation.

La bouillie bordelaise. Cette préparation ancienne fait encore aujourd'hui figure d'incontournable parmi les fongicides employés dans le jardinage et est souvent présentée comme écolo. Mais son usage répété conduit à une accumulation du cuivre dans le sol, car ce métal ne se dégrade pas et se lessive peu. A consommer donc avec modération.

Le papier. Utiliser du papier ne favorise pas la déforestation. L'industrie papetière utilise, pour sa production les sous-produits de la forêt : chutes de scieries, branches, cimes… Et pour les papiers. Il existe aussi des labels comme le FSC qui garantissent aux consommateurs que le papier provient de forêts aménagées de façon durable. Pour autant, ce n’est pas une raison pour le gaspiller.

Le logo point vert. Il figure sur 95 % des emballages français mais n’indique pas du tout si le produit est recyclable ou issu de produits recyclés. Il signifie simplement que le fabricant respecte la loi l’obligeant à participer au financement du recyclage des emballages.

Les sacs de supermarchés. Les sacs biodégradables sont moins polluants que les sacs plastiques traditionnels mais ils ne constituent pas une solution durable contrairement à des sacs et cabas réutilisables.

Les produits neufs. Il n’est pas préférable de troquer son vieux lave-vaisselle contre un récent même s’il consomme moins d’énergie. L’énergie et les matières consacrées à la production d’un appareil neuf pèsent en négatif sur la balance du développement durable.
Pour en savoir plus : le site conso Globe.

REAGISSEZ - Connaissez-vous d’autres a priori ?

Les autres sujets de la série :
1/5 : Comment économiser l’eau chez soi
2/5 : Tri : les mauvais gestes à éviter
3/5 : Comprendre les logos écolo
4/5 : Les gestes verts du jardin