Gliese 581g, une planète habitable ?

  • A
  • A
Gliese 581g, une planète habitable ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Des astronomes ont découvert l’existence d’une exoplanète où la vie serait possible.

Ni trop loin, ni trop proche de son étoile, donc ni trop chaude, ni trop froide. La planète Gliese 581g, située à près de 20 années lumières - 200.000 milliards de kilomètres tout de même - de la Terre, pourrait bénéficier d’une température favorable à l’existence d’eau sous la forme liquide, et donc à l’apparition de la vie telle qu’elle existe sur notre planète.

"Juste au bon endroit"

C’est une équipe de chercheurs de l'Université de Santa Cruz, en Californie, et de l'Institut Carnegie de Washington, qui a fait l’annonce de cette découverte majeure de l’astronomie moderne. Les scientifiques ont fait cette trouvaille grâce à des mesures indirectes du télescope Keck, basé à Hawaï, qui scrute l’étoile Gliese 581 depuis onze ans et a déjà repéré plusieurs planètes autour de cette étoile.

"Nous avions déjà des planètes des deux côtés, trop chaud et trop froid, de la zone habitable. A présent, nous en avons une au milieu, juste au bon endroit", se réjouit Steven Vogt, qui a dirigé les travaux, avant d’ajouter avec gourmandise : "le fait que nous ayons pu détecter cette planète si rapidement et si près de nous laisse penser que les planètes de ce type doivent être très communes."

Rotation synchrone

Gliese 581g, l'une des six planètes repérées autour de son étoile, a une masse trois à quatre fois supérieure à celle de la Terre et une orbite d'environ 37 jours. La température moyenne qui règne sur la planète oscillerait entre -31°C et -12°C. Mais elle possèderait une rotation synchrone, ce qui veut dire qu’elle présente toujours la même face à son étoile. Elle pourrait donc avoir une face très chaude et l'autre glaciale.

Une mince bande de territoire favorable à la vie pourrait toutefois exister à la jonction entre ces deux hémisphères, supposent les astronomes. Si Gliese 581d est une planète rocheuse, de l'eau liquide pourrait théoriquement être présente en surface, ajoutent-ils, précisant toutefois ne pas en avoir détecté.