Ecolo ? La police du web veille

  • A
  • A
Ecolo ? La police du web veille
@ MONTAGE REUTERS
Partagez sur :

Les faux pas des stars en matière d’écologie sont désormais traqués par un site américain.

David et Victoria Beckham ? "Une catastrophe naturelle à eux deux". Madonna ? "Une consommatrice effrénée qui génère plus de 1.000 tonnes de CO2 par an". Tom Cruise ? "Un prétendu écolo - un temps porte-parole du groupe environnemental Earth Communications Office – dont le hobby est de piloter régulièrement un de ses cinq avions". Ces commentaires lapidaires sont signés par Ecorazzi.com, le site américain qui est, depuis quatre ans, la bête noire des stars américaines.

De Madonna à Al Gore

Ecorazzi.com - un dérivé de paparazzi - s’est, en effet, spécialisé dans le Green Gossip, les potins écolos et s’est donné pour mission de traquer les faux pas des stars américaines en matière d’environnement.

Tout y passe : des tenus des starlettes à l’assiette trop peu végétarienne des people. Mais ce qui fonctionne le mieux sur Ecorazzi, ce sont les habitudes polluantes des célébrités qui se prétendent amies de la nature. Ainsi Sheryl Crow - organisatrice d’un concert contre le réchauffement climatique - s’est déplacées lors de sa dernière tournée dans un bus alimenté par du carburant bio, tandis que son staff la suivait assis dans treize autres voitures, essence évidemment.

Même l’ancien vice-président Al Gore, auteur d’Une vérité qui dérange, un film sur les dérèglements climatiques, a été épinglé par Ecorazzi.com. Le site a révélé qu’il chauffait toute l’année, sa piscine couverte…

Un site similaire bientôt en France ?

La méthode employée par Ecorazzi.com est-elle efficace pour sensibiliser les internautes à la défense de la nature ? "Pour cela, encore faut-il qu’il y ait un message derrière !", répond le bloggeur Adrien Saumier qui semble dubitatif sur l’utilité d’un tel site. "En France, nous n’avons pas encore d’Ecorazzi.com. Les sites spécialisés dans l’écologie cherchent plus à épingler les entreprises et leurs publicités mensongères, que les stars", explique-t-il encore à Europe1.fr.

Les Amis de la terre, décernent, ainsi, chaque année, le prix Pinocchio, une distinction contre le "greenwashing" pratiqué par des entreprises, tentées de laver plus vert que vert dans leurs publicités. Le dernier prix a été remis au Crédit Agricole dont l'un des derniers slogans est "It's time for green banking", "le temps est venu pour une banque plus écolo".