Eau : appel à la générosité des banques

  • A
  • A
Eau : appel à la générosité des banques
@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, l’association 1001 fontaines en appelle aux banques.

"Pour une fois, nous ne vous demandons pas d’argent". C’est une campagne de dons originale qu’a récemment lancée l’association 1001 fontaines dans la perspective de la Journée mondiale de l’eau, mardi. L’ONG a décidé, en raison de la crise et de la baisse du pouvoir d’achat, de solliciter la "générosité des banques", comme elle l’indique sur son site Internet. Un site sur lequel apparaît un compteur censé mesurer le montant des dons effectués par les banques.

"Cercle vertueux"

Dans un clip vidéo qui explique son action, 1001 Fontaines rappelle que 900 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable dans le monde, qu’une personne en meurt toutes les quatre secondes et que 4.000 enfants en sont victimes chaque jour. "Notre objectif numéro un, c’est de sensibiliser les gens à la question de l’eau", précise Jean-François Rambicur, le président de l’association, joint par Europe1.fr.

Mais les motivations de l’association ne s’arrête pas là. "On souhaite développer notre modèle entrepreneurial, qui est original. On donne aux gens sur place les moyens de gagner leur vie en résolvant un problème de santé publique, via des petits opérateurs privés. Ce cercle vertueux doit déboucher sur l’autonomie des populations, surtout dans les zones rurales, où se trouvent la majorité des 900 millions de personnes en manque d’eau potable", détaille Jean-François Rambicur.

"Améliorer leur image"

Et puis il y a aussi, la volonté de combler un déficit de notoriété pour une association créée en septembre 2004. Quitte à surfer sur le désamour que provoquent les banques en ces temps de crise. "On n’est pas contre, on ne pointe pas du doigt, on ne cherche pas à vilipender", assure le président de 1001 fontaines. "Mais si l’air du temps peut renforcer la motivation des banques à faire un geste pour le développement durable, à saisir une opportunité de soutien d’une belle cause, cohérente avec leur métier. Avec, en prime, la possibilité d’améliorer leur image."

Pour l’heure, le compteur reste bloqué à zéro euro. "Il démarrera quand une banque donnera", indique Jean-François Rambicur qui se montre optimiste. "On a de bons contacts avec certaines banques, qui comprennent qu’on leur propose là une opportunité de communication positive. Même si, effectivement, compte tenu de l’air du temps, ils sont sur la réserve, se montrent parfois méfiants."

1001 fontaines vont évidemment plus loin. "L’histoire ne sera pas terminée le 22 mars. Et bien sûr, les particuliers peuvent aussi donner. On suppose que les gens ont bien compris qu’une petite association comme la nôtre a besoin de soutiens. Tous les gens qui trouvent que notre projet et nos idées sont originaux, on ne refusera pas leurs dons," conclut Jean-François Rambicur dans un sourire.