Des éoliennes vont pousser en mer

  • A
  • A
Des éoliennes vont pousser en mer
Un appel d'offres va être lancé mardi pour l'implantation d'éoliennes en mer au large de la France.@ MAXPPP
Partagez sur :

La France a lancé un appel d’offres mardi pour construire des parcs éoliens en pleine mer.

600 éoliennes seront bientôt implantées en mer, sur les côtes françaises. Une première. Nicolas Sarkozy s'est rendu mardi à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, pour lancer un appel d’offres en vue de construire ces mâts, qui devraient être implantées à au moins 10 kilomètres au large.

Les éoliennes installées en pleine mer ont un grand avantage : elles peuvent produire 50% de plus que leurs voisines établies dans les campagnes françaises. Mais, à cause des fondations à construire au fond de l'eau, elles sont plus chères à l’achat. Coût global : 10 milliards d’euros.

Puissance maximale

Le projet prévoit 600 éoliennes au total, d’ici 2015. Elles devraient être regroupées en "fermes éoliennes" de plusieurs dizaines de mâts sur cinq sites retenus entre Saint-Nazaire et Le Tréport, en Seine-Maritime.

La capacité électrique serait assez importante puisque chaque éolienne pourrait produire 5 mégawatts. Il s’agit des plus grosses machines actuelles. Le tout pour une puissance installée de 3.000 mégawatts, soit l'équivalent de deux réacteurs nucléaires EPR.

Plusieurs entreprises, comme EDF énergies nouvelles et Alstom, ont d’ores et déjà fait savoir qu’elles s’associaient dans la perspective de l’appel d’offres. Plusieurs se sont aussi regroupées dans les régions retenues et certains projets seraient très avancés.

Des détracteurs contre ces éoliennes ?

A priori le projet d’éoliennes en mer ne devrait pas s’attirer des ennemis étant donné la distance à laquelle elles devraient être implantées. Personne ne pourra se plaindre du bruit des pâles ou encore de nuisance visuelle.

Pour autant, les zones de pêche pourront être réduites en raison de la présence des éoliennes. C’est pourquoi mieux vaudra trouver un accord avec les pêcheurs, quitte à les indemniser comme c’est le cas en Europe du Nord.