De la glace au pôle nord de la Lune

  • A
  • A
De la glace au pôle nord de la Lune
@ Nasa
Partagez sur :

Un radar de la Nasa a découvert des cratères remplis de glace sur un pôle non exposé au Soleil.

Il y a bien de l’eau sur la Lune... Une mission spatiale a observé une nouvelle fois la présence d’eau, sous forme de glace, sur le satellite de la Terre. C’est le radar Mini-SAR de la Nasa à bord d'un vaisseau spatial indien qui a détecté des cratères remplis de glace sur le pôle nord de la Lune.

Plus de 40 petits cratères, d'une taille allant de 1,6 à 15 kilomètres, ont été repérés au pôle nord tous remplis de glace. "Bien que la quantité totale de glace dépende de son épaisseur dans chaque cratère, on estime qu'il pourrait y avoir au moins 600 millions de mètres cubes d'eau gelée", précise la Nasa.

Une découverte qui complète celle réalisée en septembre dernier par l’équipe franco-américaine de la mission Epoxi et qui avait mis en évidence la présence d’eau, sous forme de glace, sur la Lune. Seulement, cette observation avait été faite uniquement à la surface du satellite de la Terre.

"C’est toujours intéressant quand on arrive à trouver de l’eau dans le système solaire", assure Olivier Groussin, astronome au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille et membre de la mission Epoxi, interrogé par Europe1.fr à propos de cette nouvelle découverte. "L’eau a été observée dans des cratères qui ne sont pas exposés au Soleil, sur une partie de la Lune qui n’est jamais éclairée", a-t-il expliqué. Et c’est ce qui fait la particularité de cette nouvelle observation.

Le Mini-SAR a ainsi réalisé en 2009 la cartographie des cratères polaires de la lune, invisibles depuis la Terre car cachés en permanence par l'obscurité, en ayant recours aux propriétés de la polarisation des ondes radios. C’est "après examen des données, que notre équipe scientifique a conclu à une forte indication en faveur d'eau gelée, une découverte qui fournira aux futures missions un nouvel objectif à explorer plus avant et à exploiter", a confié Jason Crusan, du Directoire des opérations spatiales de la Nasa à Washington.

Cette trouvaille "montre que la Lune est une destination encore plus intéressante et captivante, sur les plans scientifique, exploratoire et opérationnel, que ce que les gens pensaient auparavant", a indiqué pour sa part Paul Spudis, le chef de projet de l'expérience Mini-SAR au Lunar and Planetary Institute de Houston.

Jusque-là, les scientifiques avançaient la théorie selon laquelle la Lune était totalement sèche, à l'exception d'éventuelles glaces au fond des cratères.

REAGISSEZ - Pensez-vous qu'il sera possible un jour d'exploiter les richesses de la Lune ?