Australie : la Grande Barrière de corail menacée par le plastique

  • A
  • A
Australie : la Grande Barrière de corail menacée par le plastique
@ AFP / WILLIAM WEST
Partagez sur :

Les coraux de la Grand Barrière australienne ingèrent presque autant de plastique que de plancton, selon une étude.

C’est un trésor naturel qui pourrait bien disparaître à terme. En effet, les coraux de la Grande Barrière australienne sont menacés car ils ingèrent de petits débris de plastique dont le Pacifique est abondamment pollué, selon une étude. Des chercheurs australiens, qui ont constaté le phénomène, s'alarment des conséquences écologiques. Publiée dans le journal Marine Biology, cette étude réalisée en laboratoire révèle que les coraux "mangent le plastique à un rythme à peine inférieur à celui auquel ils consomment habituellement le plancton".

corauxinterieur

© AFP PHOTO / RAY BERKELMANS / AUSTRALIAN INSTITUTE OF MARINE SCIENCE

Des risques pour l’estomac des coraux. "Si la pollution aux microparticules de plastique augmente sur la Grande Barrière, les coraux pourraient être affectés au fur et à mesure que les cavités de leur petit estomac se bouchent avec du plastique inassimilable", a expliqué Mia Hoogenboom, de l'université James Cook, dans le Queensland (nord-est du pays). Les microplastiques sont définis comme des particules mesurant moins d'un demi-centimètre.

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Du plastique a ainsi été retrouvé "en profondeur dans les polypes des coraux, recouvert de tissu digestif", et serait susceptible d'altérer la capacité de ces organismes à digérer leur nourriture traditionnelle, ont souligné les scientifiques. Ils ont également prélevé de l'eau à proximité de la Grande Barrière, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, et y ont trouvé des microparticules de plastique, dont du polystyrène et du polyéthylène en petites quantités.

Une inquiétude récurrente. Ces découvertes interviennent alors que l'Unesco a d'ores et déjà émis des inquiétudes sur l'état de santé de la Grande Barrière, en raison des développements industriels, du déversement de déchets, de la pêche ou encore du réchauffement climatique et de la montée des océans. En 2012, le Programme des Nations unies pour l'Environnement avait estimé que chaque kilomètre carré de la mer contenait environ 13.000 morceaux de déchets en plastique, le Pacifique Nord étant le plus pollué.

>> LIRE AUSSI : Coraux, des milliers d'océanographes inquiets