Algues vertes : ramassages record

  • A
  • A
Algues vertes : ramassages record
@ MaxPPP
Partagez sur :

3.700 tonnes d’algues ont été récoltées sur les plages de Bretagne depuis début mai.

Pas de répit pour les algues vertes, leur collecte se fait sept jours sur sept. La campagne de lutte contre ces algues toxiques a débuté en Bretagne avec des ramassages record dans le secteur de Saint-Michel-en-Grève dans les Côtes d'Armor. C’est là qu’un cheval avait été tué l'été dernier par des émanations.

"Quelque 3.700 tonnes ont été ramassées depuis début mai contre 1.700 tonnes l'année dernière à la même époque", a déclaré à Jean-Claude Lamandé, vice-président de l'agglomération de Lannion-Trégor en charge du dossier.

Un site pilote

"Nous voulons éviter tout nouvel incident" lié à une fermentation des algues sur la plage, a-t-il ajouté. Au total, l'agglomération table sur le ramassage de 30.000 tonnes cette année, contre 25.000 en 2009, sur les quatre communes de Saint-Michel-en-Grève, Tréduder, Plestin-en-Grève et Trédrez-Locquémeau.

Le secteur, particulièrement affecté, est un site pilote dans le cadre du plan gouvernemental annoncé en février pour contenir le phénomène. Mais l'effort accru de ramassage doit se traduire par un coût de 1,4 million d'euros cette année contre 400.000 l'an passé, selon Jean-Claude Lamandé.

Un financement difficile

"Les volumes supplémentaires ramassés ne peuvent être épandus localement et doivent être « exportés » dans le Morbihan et la Loire-Atlantique", a-t-il précisé. Le nouveau mode de financement du ramassage, qui partage les coûts à parts égales entre l'Etat et les communes (ou agglomérations), qui n'en assumaient que 20% auparavant, a été jugé "très difficile" à porter pour les collectivités concernées, selon plusieurs acteurs du dossier.

Les associations de défense de l'environnement ont par ailleurs critiqué le plan de lutte gouvernemental en lui reprochant d'être principalement "curatif" et de ne pas suffisamment lutter contre les rejets azotés de l'élevage porcin intensif à l'origine du phénomène.