Algues vertes : Eva Joly attaque

  • A
  • A
Algues vertes : Eva Joly attaque
@ MAXPPP
Partagez sur :

La candidate verte pour 2012 a accusé le gouvernement de "déni de réalité".

"Le moment est venu de prendre le problème à bras le corps." Eva Joly a endossé vendredi ses habits de candidate des Verts à la présidentielle de 2012 et s'est rendue dans les Côtes d'Armor, région bretonne particulièrement touchée par la prolifération des algues vertes. Elle a dénoncé l'attitude de Nicolas Sarkozy face à la situation. "On protège certains intérêts, contre l'intérêt général", a-t-elle lancé.

Les pouvoirs publics "cherchent à gagner du temps"

"Ça relève du déni de réalité", a lancé Eva Joly, sur la plage d'Hillion, où des sangliers avaient été retrouvés morts. Les autopsies pratiquées sur les animaux ont montré la présence d'hydrogène sulfuré dans leurs poumons, un gaz mortel dégagé par la putréfaction des algues vertes. Selon la candidate écologistes, les pouvoirs publics "cherchent à gagner du temps" en niant la responsabilité des algues vertes dans la mort des sangliers, car s'ils la reconnaissaient, "ils auraient une obligation d'action immédiate".

"Le moment est venu de réellement prendre le problème à bras le corps et de proposer de vraies réformes", a affirmé la candidate écologiste. Eva Joly a prôné l'abrogation de la loi de modernisation agricole, "avec la facilité qu'elle a donné de s'agrandir" aux éleveurs, et "un nouveau contrat social entre le paysan et la société".

"Réduire de moitié les azotes dans les cinq ans"

"Il faut commencer dès aujourd'hui la réduction d'azote, de nitrates. Nous voulons réduire de moitié les azotes dans les cinq ans pour commencer à inverser la tendance", a expliqué Eva Joly, qui espère voir ainsi, d'ici dix ans, la Bretagne "débarrassée" du problème des algues vertes. "Nous ne disons pas que c'est simple, nous portons ce programme avec les agriculteurs", a-t-elle assuré.