Vers un licenciement des fonctionnaires?

  • A
  • A
Vers un licenciement des fonctionnaires?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après trois refus de postes, un projet de décret prévoit "leur mise en disponibilité", sans salaire.

Depuis lundi, les syndicats de la fonction publique ne décolèrent pas. Ils dénoncent un projet de décret du gouvernement, selon lequel, après trois refus de propositions de postes, un fonctionnaire "en réorientation" soit mis en disponibilité, sans travail ni salaire.

"Ce projet de décret suscite une immense inquiétude. C’est une pression supplémentaire, notamment dans les rangs de l’éducation nationale", explique mardi à Europe1.fr Arlette Lemaire, de la FSU, le premier syndicat de fonctionnaires, qui craint une situation explosive "comme à France Télécom".

"Je trouve cela insultant"

"Quand j’entends Eric Woerth dire "si la personne refuse, c'est qu'au fond elle n'a plus envie de travailler dans l'administration", je trouve cela insultant", martèle encore Arlette Lemaire.

Le ministre la Fonction publique estime en effet, "profondément normal" de mettre en disponibilité un fonctionnaire si celui-ci refuse trois postes. "C'est une loi qui a été votée au mois de juillet dernier à l'Assemblée Nationale, sur la mobilité des fonctionnaires facilitant le passage d'une administration à l'autre", a rappelé Eric Woerth sur France Info.

"L'administration tient compte des contraintes"

"Dans cette loi, il y a un dispositif qui dit que si un fonctionnaire se retrouve sans affectation particulière parce que son poste a été supprimé (...), alors il a droit à une reconversion, à une formation individuelle, ce qui n'existait absolument pas avant", a-t-il assuré.

"Et puis l'administration lui propose bien sûr des postes", a précisé le ministre, qui tiennent "compte de ses capacités, de sa formation, de ses contraintes familiales ou de contraintes géographiques".

"Très bien, mais rien n’est délimité dans ce sens dans le décret. On nous dit que cela viendra plus tard avec une directive. On préférait que ce soit dans le décret", demande Arlette Lemaire.