Un patron licencie un salarié par SMS

  • A
  • A
Un patron licencie un salarié par SMS
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’employé est accusé de violences par son patron. Le salarié parle d’une entente cordiale.

"La direction a décidé de vous licencier sans effectuer votre préavis pour incompatibilité d’humeur au travail avec nous et vos collègues. Vous recevrez tous les documents nécessaires par LR (Lettre recommandée). A partir de maintenant, votre présence n’est plus souhaitée au restaurant" : c’est le SMS qu’affirme avoir reçu un cuisinier de la part de son employeur. C’était mercredi dernier, à 18h44, avant la reprise de son service.

Un choc pour le cuisinier de Besançon. Le jeune homme avait été embauché en novembre dernier. Il explique qu’il s’entendait bien avec son patron : "tout se passait bien, on allait au restaurant ensemble et au karaoké. Et je plaisais tellement à mon patron que je suis passé chef de cuisine le 1er décembre".

Mais la version du directeur de la pizzeria est bien différente. "Il ne tombait pas des nues, puisqu’il avait réclamé plusieurs fois son licenciement", assure Jean-Luc. Il décrit son employé comme un manipulateur et un homme violent. Le patron a ainsi décidé d’envoyer un SMS à son cuisinier, après des menaces, notamment pour protéger le restaurant et les salariés.

La version de l’employé contre celle du patron : <iframe class="video" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/22023438" frameborder="0"></iframe>

Les deux hommes s’accusent mutuellement de menaces de mort. Des plaintes ont été déposées des deux côtés. L’affaire devrait être traitée dans un premier temps aux Prud’hommes, notamment pour examiner si la procédure de licenciement a bien été respectée. Ensuite, les deux hommes pourraient se retrouver devant une cour pénale.

Licencier par SMS : illégal

La procédure de licenciement est stricte. Selon le Code du travail Article L122-14, "l'employeur qui envisage de licencier un salarié doit, avant toute décision, convoquer l'intéressé par lettre recommandée ou par lettre remise en main propre contre décharge en lui indiquant l'objet de la convocation". Pour autant, l’annonce d’un renvoi par un SMS n’est pas illégal en soi.