Trop de travail rend accro à Internet

  • A
  • A
Trop de travail rend accro à Internet
60% des personnes interrogées dans l'étude affirment consulter très fréquemment leur boîte mail
Partagez sur :

NET – L’addiction à Internet mène parfois à la solitude et la dépression.

Stakhanovisme. Pour travailler, restez connectés. Une étude de la British Psychological Sociey reprise par Slate.fr prouvent que les personnes surinvesties dans leur travail ont un rapport addictif à Internet. Le rapport entre le travail et la Toile est plus étroit qu’il n’y paraît, et ce particulièrement dans le secteur tertiaire. En effet, l’investissement excessif de l’employé provoque une augmentation de la pression subie par celui-ci. Totalement incapable d’oublier sa vie professionnel, il trouve alors en Internet un exutoire idéal. En abolissant les distances physiques, Internet empêche cet employé-modèle de s’éloigner des contraintes et des inquiétudes de sa vie professionnelle.

Danger du mail pro. Sur les 516 individus âgés de 18 à 65 ans, 60% ont répondu qu’ils utilisaient Internet de manière compulsive. Premier symptome de cette addiction latente, des connections fréquentes à leur boite mail professionnelle en dehors du temps de travail. Selon le groupe de chercheurs à l’orgine de l’étude cité sur Slate, « ces personnes qui utilisent la technologie pour pouvoir travailler en dehors des heures de travail ont tendance à avoir beaucoup de succès dans leur travail, mais ont un risque de développer d’autres problèmes ». 

Accord entre grandes entreprises. Les entreprises elles-mêmes commencent à prendre conscience des dangers du surinvestissement qui guettent leurs employés. 16 des plus grandes entreprises européennes  cont la BNP, Cap Gemini ou encore Carrefour, se sont engagés par exemple à interdire les réunions après 18 heures. Un moyen de lutter contre l’immixtion toujours plus grande du temps de travail au sein de la vie de famille, mais qui ne résout pas la question de l’accès à Internet.

Sthakanovisme. Pour travailler, restez connectés. Une étude de la British Psychological Sociey reprise par Slate.fr prouvent que les personnes surinvesties dans leur travail ont un rapport addictif à Internet. Le rapport entre le travail et la Toile est plus étroit qu’il n’y paraît, et ce particulièrement dans le secteur tertiaire. En effet, l’investissement excessif de l’employé provoque une augmentation de la pression subie par celui-ci. Totalement incapable d’oublier sa vie professionnel, il trouve alors en Internet un exutoire idéal. En abolissant les distances physiques, Internet empêche cet employé-modèle de s’éloigner des contraintes et des inquiétudes de sa vie professionnelle.Danger du mail pro. Sur les 516 individus âgés de 18 à 65 ans, 60% ont répondu qu’ils utilisaient Internet de manière compulsive. Premier symptome de cette addiction latente, des connections fréquentes à leur boite mail professionnelle en dehors du temps de travail. Selon le groupe de chercheurs à l’orgine de l’étude cité sur Slate, « ces personnes qui utilisent la technologie pour pouvoir travailler en dehors des heures de travail ont tendance à avoir beaucoup de succès dans leur travail, mais ont un risque de développer d’autres problèmes ». Accord entre grandes entreprises. Les entreprises elles-mêmes commencent à prendre conscience des dangers du surinvestissement qui guettent leurs employés. 16 des plus grandes entreprises européennes  cont la BNP, Cap Gemini ou encore Carrefour, se sont engagés par exemple à interdire les réunions après 18 heures. Un moyen de lutter contre l’immixtion toujours plus grande du temps de travail au sein de la vie de famille, mais qui ne résoud pas la question de l’accès à Internet.