Peut-on réussir sa carrière sans "costard"?

  • A
  • A
Peut-on réussir sa carrière sans "costard"?
@ ROBYN BECK / AFP
Partagez sur :

LA QUESTION - Le complet costume-cravate-chemise a étendu son emprise sur le monde de l'entreprise. Alors, sans costume, point de salut ?

Le XVIIe siècle n'a pas seulement été marqué par la mort d'Henri IV ou le règne de Louis XIV. Il signe aussi l'apparition du complet, plus simplement appelé "costume-cravate", plus vulgairement connu sous le sobriquet de "costard". A partir de cette date, la fraise et le jabot ont progressivement perdu leurs galons d'élégance. Et depuis, le "costard" n'a cessé d'étendre son influence, certains parlant même de "dictature". D'abord réservé aux élites, aux "col-blancs" éloignés des champs et des usines, il s'est démocratisé avec l'essor des classes moyennes et du travail tertiaire. Faiseur de gentlemen mais aussi de travailleurs modèles, il prend au cours du XXe siècle une place primordiale.

>>> Mais qu'en est-il aujourd'hui ? Peut-on se passer d'un costume pour réussir un entretien d'embauche, une carrière ? Europe 1 a enquêté.

EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE : LE COSTUME EST SOUVENT INDISPENSABLE

Conseil n°1 : attention au métier recherché. Au XXIe siècle, les métiers ne se ressemblent pas, et les "dress code" pour y accéder non plus. "Pour le candidat à un poste d'ouvrier de fabrication, le costume n'est pas indispensable. Pour un poste de directeur marketing, cela peut paraître une erreur de ne pas en avoir", décrypte ainsi pour Europe 1 Jean-Christophe Sciberras, président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines de 2013 à 2015.

Au contraire, le "complet" peut même être un handicap. "Dans une start-up où la moyenne d'âge est de 26 ans, cela peut paraître inadapté. Les recruteurs peuvent se dire 'il est coincé celui-là'", prévient Jean-Christophe Sciberras. Idem dans certaines agences de com' ou de pub modernes, où l'on peut paraître "à côté de la plaque", selon Fabrice Coudray, qui conseille les postulants et les recruteurs au sein du cabinet Robert Half. Pour ces métiers plus "trendy" (branchés), optez plutôt pour "un look chic et fashion : jean sombre, chemise cintrée et veste de costume", suggère donc Lucie Moyano, spécialiste de mode et administratrice de la page Facebook "love my fashion job".

Cravates

© FRED DUFOUR / AFP

Conseil n°2 : s'il y a un doute, mettez un costume. Mais au-delà de ces cas particuliers, le costume a encore bonne presse dans les emplois "classiques", au contact de clients ou dans un bureau. "Lors d'un entretien d'embauche, on ne connaît pas forcement l'entreprise. Alors il est plus prudent d'avoir un costume. Il y a des codes et ils s'appliquent encore en France, qui reste un pays standardisé", assure Fabrice Coudray. "Il faut prouver en peu de temps que l’on est LA personne que le recruteur attend, d’où l’intérêt d’avoir une apparence soignée", renchérit Lucie Moyano.

Alors certes, un jean cintré de qualité, d'une couleur foncée, accompagné d'une veste et d'une chemise pourrait souvent faire l'affaire en lieu et place du complet. La cravate n'est pas non plus une nécessité dans bien des cas. "Mais dans le doute, je recommanderais tout de même de ne pas prendre de risque et de porter un costume en entier", conclut aussi Jean-Christophe Sciberras.

Conseil n°3 : ne prenez pas forcément le plus cher. Pourtant, il n'est pas toujours facile pour un chômeur ou un jeune actif d'investir dans un costume. Les prix peuvent parfois grimper à plusieurs milliers d'euros pour du sur-mesure. Qu'ils se rassurent au moins sur un point : la valeur du costume ne compte pas. "La perversité du recruteur ne va pas jusqu'à faire attention au prix", assure le coach Fabrice Coudray. "Il vaut mieux avoir des idées riches qu'un costume cher !", confirme le DRH Jean-Christophe Sciberras.

Costume costard chemise

© PETER PARKS / AFP

Dans de nombreux commerces, il est possible de se procurer le combo veste-pantalon-cravate pour moins de 100 euros. Et selon la coach mode Lucie Moyano, cela fait largement l'affaire. "On peut très bien faire sensation avec un look à petit prix, à partir du moment où il est bien ajusté à votre silhouette", explique la spécialiste, également community manager pour la marque de vêtements Kiabi. Pour pas cher, on peut ainsi trouver du "ultra chic, avec un total look costume, du chic et fashion, en mixant la veste de costume avec un pantalon chino par exemple" ou du "easy chic, en optant sur la simplicité d’une chemise avec un pantalon cintré sans veste".

Conseil n°4 : attention à la posture, la propreté et le repassage. Mais si le prix ne compte pas, certains détails importent. "Il faut éviter un costume élimé, froissé avec une tache ou un bouton en moins. Cela donne l'impression que vous jouez un jeu", prévient Fabrice Coudray. "Être à l'aise" est d'ailleurs l'élément clé. Evitez, donc, de gigoter dans tous les sens même si c'est la première fois que vous côtoyez une cravate. "La posture est tout aussi importante que la tenue vestimentaire. Elle doit être en phase avec votre personnalité et le type de job recherché", estime Lucie Moyano.



Conseil n°5 : prenez un costume neutre. Reste une question à trancher : la couleur. Elle ne doit pas être trop excentrique. En clair, noir, gris, et bleu : ça passe. Orange ou rouge : non. "Il faut éviter que le recruteur se dise 'c'est quoi ce perroquet'", ironise Fabrice Coudray. Et de conclure : "certains recruteurs ont même des aversions aux nœuds papillon ou aux pince-cravates. Alors il vaut mieux neutraliser son image. C'est le maître-mot : neutraliser".

DURANT LA CARRIÈRE : S'ADAPTER A L'ENTREPRISE

Conseil n°1 : adaptez-vous aux us de votre société. Une fois passé l'entretien et les premiers jours dans l'entreprise, les choses se simplifient. Et pour cause : vous pouvez observer vos collègues. L'idée n'est pas de s'habiller tous de la même façon. Mais certaines tenues peuvent choquer certains dirigeants, et vous mettre des bâtons dans les roues inutilement. "Le vêtement ne vous fera pas avoir une promotion. Mais cela peut vous faire rentrer dans le moule de ceux qui en auront. Le mieux est de s'adapter au look de l'entreprise", poursuit Fabrice Coudray.

Et dans beaucoup d'entreprises, le costume reste la pierre angulaire du code vestimentaire. "À peu près depuis le début de la crise, les choses se détendent, la cravate est moins obligatoire, le vendredi par exemple. Mais il y a encore beaucoup de métiers où cela doit rester très classique", décrypte le DRH. Qui enchaîne : "d'ailleurs, souvent, chez les clients, l'opinion publique, il y a une attente de retrouver un habit qui correspond à l'idée que l'on se fait du métier. C'est assez conservateur mais cette attente existe".

La cravate est née au XVIIe siècle

© Modzzak/Wikipedia

Conseil n°2 : briser les codes tout en restant sérieux. Il n'empêche : dans nombre d'entreprises, tenue correctes exigée ne rime pas avec costume exigé. Comment, dès lors, faire sérieux sans costard ? "Il y a des choses belles qui sortent un peu du rang : des blousons en cuir ou en daim, des vêtements habillés mais inspirés du sport (qui donne une image dynamique, d'esprit d'équipe)", avance par exemple Jean-Christophe Sciberras. "Pourquoi ne pas opter également pour un pantalon en toile ou un jean de bonne qualité et un blazer, ça peut être élégant", renchérit le coach Fabrice Coudray. Et Julie Moyano de conclure : "un pantalon chino peut être très élégant avec une chemise cintrée, un gilet cardigan et une veste blazer. Brisons les codes ! Mais attention à ne pas être à contrecourant non plus..."

QUELS CONSEILS POUR LES FEMMES ?

Conseil n°1 : le tailleur, c'est pas automatique. Si les femmes peuvent porter le costume en toute élégance, il est tout de même bien moins indispensable que pour les hommes. Pour faire "sérieux" au boulot ou en entretien d'embauche, "il y a un choix restreint pour les hommes : c'est 'costume ou pas costume'. Les femmes ont plus de souplesse", souligne ainsi Fabrice Coudray. "Contrairement au costume pour les hommes, le duo jupe+veste de tailleur n’est plus vraiment d’actualité pour les femmes", précise Lucie Moyano. Mais souplesse ne signifie pas liberté absolue. "Il faut tout de même qu'elles évitent le jean et la tenue du dimanche", conseille le coach.

Conseil n°2 : suivre la mode. Les femmes ont plus de souplesse, et donc plus de choix. Mais comment faire le bon ? "La tenue des femmes au travail est influencée par les tendances mode. Cette année, la jupe crayon est de nouveau à la mode et convient parfaitement pour un entretien ! La veste blazer a une allure moderne cassée avec un jean, une blouse fluide et des bottines à talon façon 'working girl'. Les talons élancent la silhouette et marquent un pas affirmé… mais encore faut-il les maîtriser ! Mieux vaut opter pour un petit talon si l’on n’est pas à l’aise", détaille la spécialiste de mode. Qui conclut : "en revanche, au travail, certains a priori persistent : faites attention à la longueur des jupes et à la profondeur des décolletés".

>> LIRE AUSSI - L'intégrale de l'interview de Lucie Moyano : "on peut faire sensation à petit prix"