Les salaires des Français ont baissé en 2012

  • A
  • A
Les salaires des Français ont baissé en 2012
@ REUTERS
Partagez sur :

ARGENT – Selon l’Insee, le salaire net moyen a diminué de 0,4% en 2012, signe que la crise est toujours là.

Si la crise est dans tous les esprits depuis 2008, les chiffres de l’Insee indiquaient jusqu’à présent que le salaire moyen des Français résistait plutôt bien au marasme économique. Une période désormais révolue : en 2012, le salaire net moyen des personnes travaillant dans le privé et dans le public a diminué de 0,4% en tenant compte de l'inflation. Une première depuis 2002.

>> LIRE AUSSI - Pouvoir d’achat : qui est le mieux loti en Europe ?

Le salaire moyen des Français en baisse. Entre 2011 et 2012, le salaire moyen d’une personne travaillant dans le secteur privé ou une entreprise publique a donc baissé de 0,4%. Ce recul est une première depuis au moins 2002, comme le montrent les chiffres de l’Insee :

Cette perte de pouvoir d'achat s'explique par le fait qu'entre 2011 et 2012, le salaire net a augmenté de 1,6%, soit moins que l'année précédente (+2,3%), alors que l'inflation est restée à peu près au même niveau à 2%, indique l'Institut dans une étude. En clair, si le salaire mensuel net a augmenté entre 2011 et 2012, sa progression a été moins forte que celle de l’inflation. La hausse naturelle des prix a donc effacé cette petite hausse des salaires, si bien qu’au final, les travailleurs ont perdu en pouvoir d’achat. Et cela risque bien de continuer.

>> LIRE AUSSI - Un Français gagne en moyenne 2.128 euros par mois. Vraiment ?

Certains ont plus perdu que d’autres. Lorsqu’on entre dans le détail, on constate que si toutes les catégories socioprofessionnelles ont perdu du pouvoir d'achat, certaines ont payé un plus lourd tribu : le salaire net moyen a reculé de -1,1% chez les professions intermédiaires et -0,8% chez les cadres.

Côté inégalités hommes-femmes, le salaire net moyen a baissé plus faiblement pour les femmes (-0,1%) que pour les hommes (-0,5%). Mais l'écart salarial "reste important", une salariée gagnant en moyenne 19,2% de moins que son homologue masculin, relève l'Institut national de la statistique et des études économiques.

>> LIRE AUSSI - Comment (bien) négocier une augmentation de salaire ?