Les "belles promesses" de Hollande, ils n'y croient plus

  • A
  • A
Les "belles promesses" de Hollande, ils n'y croient plus
Avec 3,3 millions de chômeurs de catégorie A, de nombreux Français sont déçus par la promesse non tenue de François Hollande.@ REUTERS
Partagez sur :

TÉMOIGNAGES - Entre désespoir et colère, des Français au chômage se confient après les mauvais chiffres de décembre.

L’INFO. Entre incantation et promesse d’une nouvelle période d’emploi, le discours répété de l’exécutif depuis l’élection de François Hollande faisait croire à l’inversion possible de la courbe du chômage pour la fin de l’année 2013. L’annonce de la nouvelle augmentation du nombre de chômeurs pour le mois de décembre est venue doucher les espoirs. Le chômage, Guillaume, Karine et Yohan le vivent au quotidien. Ils confient auprès d’Europe1 n’avoir jamais cru aux promesses de François Hollande.

Guillaume : "on est tous résignés"

guillaume-2

© DR

A 25 ans, Guillaume espérait avoir enfin commencé sa vie professionnelle. Au début de l’année 2013, il trouve un contrat jeune de six mois. “On m’a promis monts et merveilles, que je serais embauché en CDI si je me donnais les moyens d’y arriver. Je me suis tué à la tâche et à la fin de mon contrat… rien !”, explique-t-il à Europe1.fr.

Depuis septembre, il est donc au chômage. La promesse de François Hollande, il n’y a “jamais vraiment cru”. “Je me suis dit ‘pourquoi pas’”, concède-t-il, peu étonné que cela n’ait pas marché. “J’avais des projets, tout est tombé à l’eau, se désole-t-il. On est tous résignés, à se dire qu’on ne trouvera jamais rien”.

Yohan : "les mots du président n’ont pas eu un écho partout"

yohan-2

© DR

Après une dizaine d’années dans la communication, Yohan a lui choisi de tout plaquer pour tenter de sortir la tête de l’eau. Le trentenaire veut se reconvertir. Sa passion : la pâtisserie. “J’ai entendu Hollande évoquer la formation de chômeurs, un axe majeur de sa politique pour l’emploi. Je me suis donc senti concerné par les propos qu’il tenait”, explique-t-il à Europe1.fr.

Problème : depuis son inscription à Pôle Emploi en décembre, il va de désillusion en désillusion. Pour devenir pâtissier, il doit passer un CAP, obligatoire pour exercer. “Arrivé à Pôle Emploi, j’ai vu des sourires de courtoisie tomber lorsque j’évoquais mon désir de formation. J’ai alors compris que les mots du président n’avaient pas eu un écho partout”, regrette-t-il.

Pour conjurer le sort, Yohan tient depuis un blog, “Moi, Yohan Grangier, 31 ans, futur reconverti professionnel”, dans lequel il fait le récit de ses péripéties au pays du chômage. “Comme j’ai senti dès le départ que ma situation pourrait être ‘amusante’ et révélatrice de l’époque, j’ai décidé de tout consigner”, explique-t-il.

Karine : "de plus en plus de chômeurs, de moins en moins de boulot"

"Ça fait 24 ans que je suis dans le monde du travail et je n’ai jamais autant galéré pour en trouver”, confie Karine. Au chômage depuis cinq mois, elle confie à Europe1.fr qu’elle ne trouve aucune mission longue, aucun contrat. Un enfant à charge et un crédit sur le dos, elle s’inquiète de sa situation. Son mari est employé, mais son salaire est faible. “Je ne veux pas penser au pire”, s’inquiète-t-elle.

“Je n’y crois plus aux belles promesses de notre Président. Je vois simplement qu’il y a de plus en plus de chômeurs et de moins en moins de boulot. Voilà ce que je pense de la courbe du chômage”, déplore-t-elle.

sur le même sujet, sujet,

LES FAITS - Hollande rate l'inversion de la courbe du chômage en 2013

REACTION - Hollande : la stabilisation du chômage "ne suffit pas"

REACTION - Chômage : Copé réclame la démission de Sapin

INTERVIEW - Michel Sapin : "Nous amorçons la baisse du chômage"