Chômage : les (très) mauvaises prévisions pour 2015

  • A
  • A
Chômage : les (très) mauvaises prévisions pour 2015
@ .PHILIPPE HUGUEN/AFP
Partagez sur :

EMPLOI - L'Unédic a dévoilé vendredi ses prévisions pour 2015 et le tableau continue de s'assombrir : il prévoit 104.000 chômeurs supplémentaires.

La promesse d'une inversion de la courbe du chômage n'est plus qu'un lointain souvenir et ne réalisera certainement pas en 2015 en raison d'une croissance atone. Le nombre de chômeurs devrait donc continuer d'augmenter cette année et pas qu'un peu : la France métropolitaine devrait compter 104.000 demandeurs d'emploi sans activité supplémentaires, selon une estimation de  l'Unédic, l'organisme paritaire qui gère l'assurance chômage.

Ces projections correspondent malgré tout à un ralentissement de la hausse du chômage, après une année 2014 qui aura vu affluer 182.000 demandeurs d'emploi supplémentaires, selon l'organisme.

Une prévision qui confirme celle de l'OCDE. Fin novembre 2014, l'OCDE a dévoilé ses propres estimations qui vont dans le même sens que celles de l'Unédic. Selon l'organisation internationale, le taux de chômage devrait atteindre 10,1% fin 2015, avant une légère baisse à 10,0% fin 2016. Pour l'Unédic, le taux de chômage devrait "s'établir à 10,3%" de la population active métropolitaine fin 2015. Ce taux était de 9,9% au 3e trimestre 2014, selon l'Insee.

En cause : une activité qui "devrait rester molle aux prochains trimestres". L'OCDE table sur une croissance de 0,4% en 2014, de 0,8% en 2015 et de 1,5% en 2016. De son côté, le gouvernement français prévoit 0,4% cette année et 1% l'an prochain.

>> LIRE AUSSI - Le chômage ne devrait pas baisser en France avant 2016

Une hausse qui va continuer de creuser les déficits de l'Assurance chômage. Conséquence de cette hausse, le déficit du régime devrait se détériorer, pour atteindre 4,4 milliards d'euros en 2015, après 3,9 milliards l'année dernière. Fin 2015, la dette de l'assurance chômage devrait ainsi culminer à 25,9 milliards d'euros.

>> LIRE AUSSI - Pôle emploi change de stratégie face au chômage