Le chômage chute aux Etats-Unis, les bourses mondiales grimpent

  • A
  • A
Le chômage chute aux Etats-Unis, les bourses mondiales grimpent
Partagez sur :

Pour la première fois depuis treize mois, le chômage américain a connu un repli, léger et inattendu.

C’est une première depuis treize mois. Le taux de chômage aux Etats-Unis a reculé de 0,1 % au mois de juillet, pour s’établir à 9,4%, contre 9,5% le mois précédent. Il faut remonter à avril 2008 pour retrouver trace d’un recul de ce chiffre.

Le repli du taux de chômage est une surprise, car les économistes tablaient sur 9,6%. La Maison Blanche, qui s'attend à ce qu'il grimpe jusqu'à 10% – il était inférieur à 5% il y a 18 mois – a prévenu qu'elle maintenait cette prévision, mais y a vu la preuve que l'économie "s'éloign(ait) du gouffre". Washington a attribué cette amélioration relative au gigantesque plan de relance de 787 milliards de dollars promulgué en février, "remède éprouvé et fiable" selon elle.

"Les suppressions d'emplois ont continué dans la plupart des grands secteurs de l'économie" en juillet, a précisé le département du Travail. Mais "la moyenne des emplois détruits chaque mois de mai à juillet (331.000) est environ la moitié de celle de novembre à avril (645.000)". L'amélioration est sensible dans les secteurs emblématiques de l'industrie et de l'automobile. Ce dernier a même vu ses effectifs augmenter en juillet (+ 28.200).

Ces chiffres sont une bonne nouvelle pour Barack Obama, qui voit sa cote de popularité refluer dans les sondages en raison de la crise. Le président américain a d'ailleurs aussitôt affirmé que son gouvernement avait sauvé l'économie de la "catastrophe" et que "le pire pourrait être derrière nous".

Les bourses mondiales ont salué les chiffres du chômage américains. Wall Street a gagné 1,23%. La Bourse de Paris a clôturé en hausse de 1,24%, au-dessus des 3.500 points (3.521,14) pour la première fois depuis le 10 novembre 2008. A Londres, le Footsie 100 gagnait 0,87% pour atteindre son plus haut niveau depuis octobre, tandis que le DAX, à Francfort, s'appréciait de 1,66%.

L’économie européenne a également enregistré une bonne nouvelle, avec le retour de la hausse des exportations allemandes. La première économie européenne a vu ses exportations augmenter de 7% entre mai et juin, la plus forte hausse mensuelle depuis trois ans, selon les chiffres publiés vendredi par l'Office fédéral allemand des statistiques. Cette "lueur d'espoir", selon le ministre del’Economie outre-Rhin, arrive au lendemain de l'annonce de commandes industrielles en hausse de plus de 4% en juin, une progression qui a dépassé toutes les prévisions.