L'économie française recrée (enfin) des emplois

  • A
  • A
L'économie française recrée (enfin) des emplois
@ MAXPP
Partagez sur :

LE CHIFFRE - Selon l'Insee la France a connu 15.100 créations nettes d'emplois au quatrième trimestre 2013. Une première depuis 2012.

Une bonne nouvelle pour Michel Sapin ? L'Insee a publié mercredi les créations nettes d'emplois au quatrième semestre 2013. Et pour la première fois depuis début 2012, l'économie française a créé 15.100 postes dans le secteur marchand non agricole. Un redémarrage modeste porté par l'intérim.

Une hausse supérieure aux prévisions. 15.100 créations nettes d'emplois ont été enregistrées au quatrième trimestre dans le secteur marchand non agricole, selon l'Institut national de la statistique qui a révisé légèrement en hausse sa première estimation de la mi-février (14.700). Cette amélioration au 4e trimestre est due essentiellement au sursaut de l'intérim, considéré comme un précurseur des évolutions à venir du marché du travail: +24.100 postes (+4,6%). Ce secteur a gagné au total 33.600 postes sur un an. Le tertiaire dans son ensemble (intérim compris) a enregistré une hausse de 0,3% au 4e trimestre par rapport au trimestre précédent.

>> A lire aussi : Interim et CDI ne sont (désormais) plus incompatibles

En revanche, les destructions d'emplois se sont poursuivies dans l'industrie à la fin de l'année dernière (-9.700 postes), même si elles ont été moins importantes qu'au 3e trimestre. Sur un an, l'industrie a perdu 52.900 postes (-1,6%). L'emploi dans la construction a également reflué au quatrième trimestre (-7.700 postes,  -0,5%). Sur un an, la construction a perdu 26.200 postes. Au final, hors intérim, l'emploi dans le secteur marchand a continué à diminuer au 4e trimestre (-9.000 postes, après -12.700 au troisième trimestre).

Sur l'année, la tendance reste à la baisse. La tendance sur un an reste toutefois négative avec 62.200 postes supprimés (-0,4%) dans le secteur marchand. Un chiffre qui marque néanmoins une décélération par rapport à 2012 où quelque 111.000 emplois avaient au total été rayés de la carte. Aux deuxième et troisième trimestres, 39.000 et 9.600 postes avaient encore été détruits. L'Insee a d'ailleurs prévenu qu'il ne fallait "pas surinterpréter" la baisse du taux de chômage, favorisée par les politiques de soutien à l'emploi (contrats aidés, emplois d'avenir, formations...), la croissance étant trop faible pour faire refluer le chômage. De fait, aucun organisme international n'anticipe de réelle embellie en 2014, faut d'une reprise suffisamment vigoureuse. 

sur le même sujet, sujet,

ZOOM - Sapin veut "moins de chômeurs à la fin de l'année"

INFO - Pacte de responsabilité : pas de contreparties chiffrées 

CONFERENCE - Hollande dévoile son "pacte de responsabilité"

ESTIMATION - Le pacte de responsabilité créerait 300.000 emplois par an