Chômage : les promesses de Wauquiez

  • A
  • A
Chômage : les promesses de Wauquiez
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le secrétaire d'Etat à l'Emploi annonce des millions d’euros pour les chômeurs en fin de droits.

Laurent Wauquiez a annoncé jeudi que l'Etat et l'Unedic débloqueraient "plusieurs centaines de millions d'euros" avant fin mars pour les chômeurs en fin de droits. Une réunion aura lieu la semaine prochaine pour "arrêter des mesures opérationnelles", après les rencontres entre syndicats et patronat, qui se sont achevées mardi, a-t-il précisé.

1 million de personnes en fin de droits

La crise économique et financière continue de peser sur le marché du travail, avec une hausse de 19.500 du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A en janvier (+0,7%). Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi depuis plus d'un an a lui progressé de 2,8% pour atteindre 1,3 million.

Pôle emploi estime qu'un million de chômeurs devraient arriver au terme de leur indemnisation cette année, dont quelque 400.000 ne bénéficieront plus d'aucune indemnité. "L'Etat et l'assurance-chômage vont dégager plusieurs centaines de millions d'euros", a dit Laurent Wauquiez sur RMC. "Les partenaires sociaux se disent prêts à co-financer le plan, nous sommes dans les mêmes dispositions, on est prêts à travailler ensemble et à mettre de l'argent sur la table."

Les syndicats demandent plus

La CFDT a accueilli favorablement cette annonce et renouvelé sa demande d'élargissement de l'Allocation spécifique de solidarité (ASS) et du Revenu de solidarité active (RSA). "La CFDT se félicite que Laurent Wauquiez confirme la participation de l'Etat", écrit Laurent Berger, secrétaire national, dans un communiqué. "Il reste à définir les populations concernées et les modalités qui allient revenus et mesures d'accompagnement vers l'emploi", ajoute-t-il.

La CGT demande pour sa part un allongement exceptionnel de six mois de la durée d'indemnisation du chômage. "Cette mesure pourrait être financée en taxant le recours au travail précaire, qui constitue la première cause d'entrée au chômage", écrit le syndicat dans un communiqué.