Chômage : la plus forte hausse depuis avril

  • A
  • A
Chômage : la plus forte hausse depuis avril
Partagez sur :

52.400 personnes supplémentaires se sont déclarées au chômage en octobre soit une hausse de 2% a annoncé jeudi le ministère de l'Economie.

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A, c'est-à-dire sans aucune activité, a augmenté de 52.400 personnes, soit 2% par rapport à septembre en métropole. C'est la plus forte hausse depuis le mois d'avril. 2.627.300 personnes sont désormais au chômage, ont indiqué le ministère de l'Economie et le Pôle Emploi.

Les étudiants, fraîchement diplômés, font une entrée massive : +10% de premières entrées ont été enregistrées par Pôle Emploi en octobre. La hausse du chômage s'accélère chez les moins de 25 ans mais aussi chez les plus de 50 ans, avec plus de 450.000 seniors supplémentaires au chômage.

"Le chiffre du mois d'octobre n'est pas bon et nous conforte dans notre diagnostic que nous sommes sortis de la récession mais que la reprise est fragile, que l'économie est toujours en crise et continue de détruire des emplois", a commenté la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.

"La crise est avant tout humaine et sociale. Tant que la situation de l'emploi de s'est pas améliorée, il serait inconscient de dire 'ca y est on est sortis de la crise'", a indiqué le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez, sur Europe1. "Il ne faut pas se laisser abuser par les yoyos des marchés financiers", a-t-il ajouté.

Laurent Wauquiez a par ailleurs prévenu que les prochains mois pourraient également être difficiles : "il ne faudra pas se laisser abuser par les mois positifs (...) et pas se laisser décourager non plus par les mois difficiles".

Laurent Wauquiez a par ailleur évoqué les 120.000 licenciés économiques qui bénéficient de mesures d'accompagnement et ne sont pas comptabilisés dans les chiffres du chômage avant 12 mois. "On ne s'est livrés à aucun maquillage statistique de l'emploi", a affirmé le secrétaire d'Etat.

Les licenciés économiques ont un an pour se former et se reconvertir dans un autre secteur, a expliqué Laurent Wauquiez. "On fait en sorte qu'ils aient un an couvert sans tirer sur leurs droits indemnisation-chômage", a-t-il dit.

Une situation que dénonce Mourad Rahbi de la CGT de l'équipement automobile New Fabris, au micro Europe 1 de Fabien Cazeaux.