Chômage : 2014 commence par une hausse

  • A
  • A
Chômage : 2014 commence par une hausse
Le nombre de chômeurs de catégorie A s’établit à 3.316.200, au mois de janvier 2014.@ MAX PPP
Partagez sur :

MAUVAISE NOUVELLE - Le chômage est en hausse de 0,3% au mois de janvier 2014, soit 8.900 demandeurs d’emploi supplémentaires.

L’info. François Hollande avait promis d’inverser courbe du chômage à la fin de l’année 2013. Non seulement ce pari est manqué depuis le mois dernier mais les nouvelles ne sont guère meilleures en 2014. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a encore augmenté de 0,3% au mois de janvier par rapport à la fin décembre. Au total, 8.900 personnes supplémentaires sont au chômage. Sur un an, l’augmentation est de 4,4%.

Un nouveau record. Le chef de l’état aura du mal à trouver des signes rassurants. Même s’il ne s’agit que d’une légère augmentation, les faits sont là et les chiffres ne sont pas bons. En janvier 2014, le nombre de chômeurs de catégorie A s’établit à 3.316.200 en France métropolitaine, un nouveau record.

Le chômage des seniors en hausse. Stable en janvier, le nombre de jeunes chômeurs reste sur une tendance à la baisse (- 3,5% depuis avril 2013, soit 20.000 jeunes inscrits en moins). En revanche, les seniors sont en difficulté au mois de janvier, avec une augmentation de 1% par rapport au mois de décembre (7.500 chômeurs en plus). Ces mauvais chiffres chez les 50 ans et plus expliquent l’essentiel de la hausse du mois de janvier.

Toutes les catégories dans le rouge. En englobant les chômeurs des catégories B (exerçant une activité réduite dans le mois) et C (exerçant une activité plus longue au cours du mois), là aussi, les chiffres sont en hausse. Avec une augmentation de 0,5% en janvier (+23.600), le nombre total de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B et C s’élève à 4.929.900 en France métropolitaine.

ayrault-sapin_scalewidth_630

© REUTERS

Le gouvernement mise sur une baisse fin 2014. Le ministre du Travail Michel Sapin a réaffirmé mercredi le souhait qu'il y ait "moins de chômeurs" fin 2014, fixant une nouvelle échéance après l'échec de l'inversion de la courbe en 2013. "Toute la politique gouvernementale est axée sur un objectif simple et compréhensible pour tous, à la fin de l'année il faudra qu'il y ait moins de chômeurs", "c'est l'objectif que nous nous sommes fixé", a-t-il déclaré lors de l'émission Questions d'Info (LCP/AFP/France Info/Le Monde).

sur le même sujet, sujet,

MOIS PRÉCÉDENT - 10.000 demandeurs d'emploi en plus

PARITÉ - Les inégalité hommes-femmes aussi dans le chômage

EXTRAIT - Faut-il croire en une inversion de la courbe du chômage ?

CROISSANCE - Bruxelles mise sur 1% en 2014 en France