Russie : Pendant son grand oral, Poutine fait étalage de son arsenal

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Vladimir Poutine a tenu son discours annuel devant les parlementaires. Il a dévoilé des armes nouvelles, notamment des missiles nucléaires qui seraient invincibles. Les Russes ont trouvé la riposte aux boucliers anti-missiles américains.

Il n’y a pas que le Moscou-Paris désormais fameux dans l’Hérault, pour glacer l’atmosphère, le Kremlin fait cela très bien aussi. Le Président Poutine est à son aise dans la guerre froide comme s’il faisait du hors-piste à Sotchi. Il arborait hier son drôle de sourire espiègle en déballant une panoplie de fin du monde. Il était seul sur la scène, derrière un pupitre, comme il convient à un maître d’école et au maître du monde. Tout ce qui compte à Moscou applaudissait, le gouvernement, les élus, les oligarques, le patriarche, tous aux anges.

Le Président a consacré une heure, la moitié de son exposé aux armes nouvelles. On les a vues sur deux écrans géants. Evidemment, on est blasé par les animations dont abusent les Nord-coréens. Les vidéos russes sont à peine plus léchées, mais les tests bien réels et les missiles balistiques de nouvelle génération semblent avoir la taille vertigineuse d’une fusée Ariane. Dans le concours de virilité qui a animé la Noël, avec le bouton de Kim Il Song et le plus gros bouton de Donald Trump, c’est bien le Russe qui rafle la mise. Il prétend que les ingénieurs de l’armement russes ont gagné la course aux armements. D’où son cri du cœur : "Ce que vous avez fait pour entraver la Russie a échoué."

Qu’est-ce qu’ils ont inventé ?

Des missiles nucléaires au rayon d’action quasi illimité, qui se déplacent à la vitesse d’une météorite, de petites ogives nucléaires qui peuvent être chargées dans des missiles de croisière, donc quasi indétectable, un mini-submersible et un drone à propulsion nucléaire. N’oublions pas une arme laser qu’on n’a pas vue mais qui serait prometteuse.

C’est le salon du Bourget !

On sentait Vladimir Poutine fier comme un lycéen américain avec son premier fusil automatique. Selon lui, cet arsenal rend obsolète le système de missiles anti-missiles Américain. Les missiles russes pourront le déborder, c’est le retour à l’équilibre stratégique. Ce que le public russe entend, c’est que la Russie redevient l’alter égo de l’Amérique. Et l’élite invitée au Kremlin applaudit quand le président déclame : "Personne ne voulait nous parler, personne ne voulait nous entendre. Ecoutez-nous désormais !".

La Russie veut imposer le respect.

C’est l’idée, mais seuls les idéologues envisagent une guerre nucléaire ! Les Russes ont restauré leur dissuasion en se dotant de nouveaux sous-marins en patrouille permanente, de rampes de lancement mobiles. La plupart sont d’ailleurs dans l’Oural. En cas de riposte sur les Etats Unis, le chemin le plus court feraient passer les missiles par les pôles, c’est à dire très loin du bouclier anti-missiles en Europe centrale.

Alors à quoi sert le discours de Poutine ? A dire aux Russes ce qu’ils veulent entendre. Que leurs sacrifices n’ont pas été vains. Qu’ils sont de nouveau une puissance qui compte. Et à en tirer la conclusion : Allez voter dans quinze jours, car Poutine a restauré la grandeur russe et protège le monde de tous les va-t-en guerre.