Le changement de nom de la Macédoine

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

La Macédoine change de nom et devient la République de Macédoine du nord.

Eureka. Ils ont enfin trouvé, cela fait un quart de siècle qu’ils cherchaient. La Macédoine du nord, une particule, ça change tout !
A défaut d’avoir été correctement baptisé et son nom reconnu par ses voisins, ce pays des Balkans est coincé dans les limbes depuis l’indépendance. A l’Onu, on l’appelle "Ancienne république yougoslave de Macédoine", ce qui donne avec les initiales : l’ARYM. En anglais, FIROM. On parle des "Firomistes". On dit aussi les Skopiotes, d’après le nom de leur capitale Skopje.

Les intéressés eux se déclarent Macédoniens, ce qui a quand même une autre allure. Ces montagnards ont d’ailleurs annexé tout un pan de l’antiquité. L’aéroport de la capitale s’appelle Alexandre le Grand. L’unique autoroute aussi. Le drapeau national, un soleil jaune, décline l’étoile de Vergina, le symbole de Philippe II, le plus grand des rois.  Il est né, il y a pile 2400 ans. On pourrait croire qu’il appartient aux classes latin-grec.

Pas du tout ! L’histoire est nationale. C’est très mal, très étriqué, hautement suspect, mais dans les Balkans, l’histoire est populaire, passionnée, omniprésente.

Le patrimoine est sacré.

Les Grecs n’ont pas supporté que ces voleurs de poules mettent la main sur la Grèce antique. L’armée a déployé des blindés à la frontière, pour empêcher les firomistes d’annexer la province grecque de Macédoine. Régulièrement, la foule descend dans les rues d’Athènes ou de Thessalonique pour dénoncer ces imposteurs et il y a plus de monde que pour conspuer Angela Merkel ou la BCE

Depuis 25 ans, la Grèce met son véto à l’entrée de la Macédoine dans l’Union Européenne ou dans l’Otan…

Oui, mais elle va laisser entrer la République de Macédoine du nord, qui donne des gages, par exemple en retirant le nom d’Alexandre le trop grand de l’aérogare ou de l’autoroute. Comme un migrant qui change de papiers, Skopje change de nom et voit les portes s’ouvrir devant elle. La Commission est pressée d’engager les négociations d’adhésion.

On se demande d’ailleurs pourquoi.  La Macédoine est pauvre, salaire moyen 386 euros. Le chômage est massif, la corruption galopante. Un tiers de la population est musulmane, avec une partie qui se revendique de l’Albanie et d’autres sensibles aux prédicateurs islamistes.

C’est pourquoi la Commission veut arrimer le pays et ses voisins en Europe

Remplacer le Royaume uni par les Balkans désunis est un pari hasardeux. Les derniers arrivés, la Bulgarie et la Roumanie ont fait semblant de se réformer, on a fait semblant de les intégrer. L’échec est patent.

Avec la Macédoine, les Européens ont deux évidences à méditer. C’est pour des mots que les peuples sont prêts à se battre. Il faut traiter l’histoire avec respect. On ne sait jamais ce que le passé nous réserve.

C’est pourquoi la Commission veut arrimer le pays et ses voisins en Europe

Remplacer le Royaume uni par les Balkans désunis est un pari hasardeux. Les derniers arrivés, la Bulgarie et la Roumanie ont fait semblant de se réformer, on a fait semblant de les intégrer. L’échec est patent.

Avec la Macédoine, les Européens ont deux évidences à méditer. C’est pour des mots que les peuples sont prêts à se battre. Il faut traiter l’histoire avec respect. On ne sait jamais ce que le passé nous réserve.