La sénatoriale en Alabama et le front puritain contre Trump

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouët traite d’un sujet international.

Victoire d’un Démocrate à l’élection sénatoriale en Alabama. Revers majeur pour Donald Trump.

Cela fait 25 ans qu’un Démocrate n’avait pas réussi à se faire élire en Alabama. Dans l’enthousiasme, Hillary Clinton a lâché "si un démocrate peut gagner en Alabama, nous devons concourir partout". Elle n’a pas oublié qu’elle y avait perdu avec 28 points de retard sur Donald Trump.
L’Alabama est à part. L’Alabama est pauvre, et parfois misérable, conservatrice croyante et même puritaine. C’est l’Amérique profonde.
On dit : Le sud profond. On pense: des ploucs absolus.
La dernière fois qu’il s’y est passé quelque chose de notable en politique, c’est en décembre 1955. Une femme noire a refusé de céder sa place dans le bus à un Blanc, la police l’a arrêtée, ça a fait toute une histoire. Ça a fait l’histoire : le Mouvement des Droits civiques a démarré et Rosa Parks est entrée dans la légende de la lutte contre la ségrégation raciale.
Évidemment, les Démocrates qui mangent la poussière à chaque scrutin depuis des décennies veulent croire que la nuit dernière, s’est enclenchée une révolution du même ordre. Enfin, le réveil anti-Trump. L’heure de la revanche qui sonne. Ils risquent d’être déçus.

Pourquoi ?

Parce que le Républicain était le pire des candidats et il a fait 48,8% des voix, quand même.
Mais c’est vrai qu’au Sénat, la majorité de Trump est si riquiqui, 52 voix contre 48, qu’elle lui a déjà fait défaut et qu’avec ce siège en moins, cela va s’aggraver.
C’est bien pour cela que le Parti républicain s’était résigné à soutenir le Juge Roy Moore arrivé en tête des primaires.

Ce n’était pas le candidat du parti ?

L’ancien juge a la tête trop dure. Un ultraconservateur, qui a une citation de la Bible pour chaque événement de sa vie. Qui considère qu’un avortement est un crime, le mariage des homosexuels une abomination. Du coup, il a perdu son job de juge. Il s’en fiche. A 70 ans, il sillonne le pays en prêchant dans les clubs, les sectes et les salles de loto.
Tout cela faisait de lui un repoussoir pour l’establishment. Du coup, il a trouvé le soutien de l’idéologue en chef de la droite dure, Steve Bannon. L’ancien conseiller de Trump garde l’ambition de transformer le parti républicain en force populiste.

Mais le juge Moore a surtout été dénoncé comme prédateur sexuel.

L’Alabama n’est pas épargnée par le syndrome Weinstein. C’est "Balance ton porc", "balance ton bulletin de vote".
Des adolescentes qui sont maintenant quinquagénaires ont dénoncé Tartuffe. L’une avait 14 ans, donc mineure et Moore la trentaine, il rentrait du Vietnam. Elle se souvient qu’il l’a pelotée dans sa voiture. Quarante ans après, il a nié en bloc. Du coup, les accusatrices se sont multipliées.
On est toujours puni par où on a pêché : le juge Moore a trouvé plus puritain que lui.
Depuis deux mois, l’affaire Weinstein fait tous les jours tomber une star de son piédestal : elle va continuer d’épurer l’Amérique.