La Corée du Nord possède la bombe H et les puissances mondiales ne savent pas quoi faire

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Vincent Hervouët vous parle international est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international. Lundi, il décrypte l'avancée nucléaire de la Corée du Nord.

On regarde le régime nord-coréen comme on regarde une plante vénéneuse : de loin, en restant incrédule. Un régime stalinien héréditaire, le culte délirant de la personnalité, un peuple réduit à faire de la figuration, les purges et les famines, cette souffrance démente, ce n’est pas un pays, mais un asile, c’est une secte... Les experts hésitaient à sonner le tocsin. Ils regardaient la prétention des Nord-Coréens à acquérir la panoplie nucléaire comme une… prétention. Comme s’il s’agissait d’acheter une Porsche. Or pour Kim Jong-Un, l’arme nucléaire, c’est une assurance vie, pas une question de standing. Comme en Iran, comme au Pakistan, les grandes puissances se sont réveillées trop tard. Désormais, c’est fait, les Nord-Coréens ont gagné.

Dans ce cas, qui a perdu ? 

Donald Trump, puisqu’il s’est laissé piéger par les provocations du petit tyran en lui promettant "le feu et la fureur" s’il continuait à menacer l’Amérique, et que l’autre a surenchéri. Washington envisage maintenant de sanctionner les pays qui commercent avec Pyongyang. Des rodomontades pourtant difficiles à imposer aux Chinois et aux Japonais, les premiers concernés.

Mais l’échec est aussi celui d’Obama, de Bush, de Clinton… et le monde entier va payer. Le prix de la dénucléarisation de la péninsule coréenne vient de beaucoup augmenter et maintenant qu’ils ont la bombe H, ce sont les Nord-Coréens qui vont le fixer.

La Chine et la Russie veulent "une réponse appropriée". De quoi parlent-ils ?

Mystère et boule de feu ! Très peu de gens savent où en est le dialogue discret avec les émissaires du régime. Mystère aussi sur l’influence réelle de Pékin qui cache son jeu. C’est tout cela, la réponse appropriée ; un long marchandage…

Et qu'elle serait la réponse "inappropriée" ?

Traiter Kim comme ce furieux de Saddam Hussein, en l’assommant de missiles de croisière. Le traiter en délinquant comme Milosevic, qu’une opération de police internationale obligea à lâcher prise au Kosovo… Les résultats de ces deux expéditions faites au nom de la promotion de la démocratie ne plaident pas en faveur de leur réédition ; la mafia règne au Kosovo et le terrorisme en Irak.

Mais ce n’est pas pour cela que les uns et les autres se retiennent. Ce qui les retient, c’est la dissuasion. Le régime nord-coréen est crédible quand il menace de l’apocalypse ceux qui l’attaqueraient. Il peut très bien raser la moitié de Séoul ou même infliger au Japon un troisième bombardement nucléaire. Si Kadhafi, Saddam Hussein et Milosevic avaient eu la bombe à hydrogène, ils seraient encore de ce monde et ils continueraient à en faire un enfer pour leurs compatriotes.