Élection au Libéria : le candidat favori est un ancien footballeur

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito international de Vincent Hervouet est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Didier François traite d’un sujet international. Mardi, il dresse le portrait de "Mister George", ancienne star de football et candidat favori à l'élection présidentielle du Libéria.

Au Libéria, les bureaux de vote viennent d’ouvrir pour une présidentielle très disputée où le favori des sondages n’est autre qu’un international de football, un ancien buteur fétiche de Monaco et du PSG, le mythique "Mister George".

George Weah en personne, ancien attaquant de l’AS Monaco, champion de France 1991, trois demi-finales, UEFA, Coupe des coupes et Ligue des champions avec le PSG et ballon d’or 1995 pour le Milan AC. Eh bien à l’issue de sa carrière de footballeur il s’est reconverti dans la politique dans son pays d’origine le Libéria donc. Il a même remporté le premier tour de l’élection présidentielle avec une avance confortable de 38 % des voix devant un vice-président sortant qui lui  n’en a recueilli que 29 %. Sur le papier, c’est donc lui le favori.

Seulement comme il n’avait pas été particulièrement accueilli à bras ouverts par l’élite au pouvoir, le résultat du premier tour avait été contesté et la Cour suprême avait suspendu les opérations électorales. C’est pour ça qu’il a fallu attendre pas moins de sept semaines pour que se tienne ce second tour qui débute donc mardi matin.

Alors qui sont les électeurs de George Weah ?

D’abord ses fans qui se recrutent massivement dans les couches les plus populaires. George Weah est devenu le héros des bidonvilles de Monrovia où il a réalisé ses meilleurs scores lors du premier tour, ce qui est un peu la partie conte de fée de cette histoire.

Parce qu’elle a aussi un côté beaucoup plus sombre dans la mesure où, pour s’assurer d’une possible victoire dans cette élection organisée sur le modèle américain,l’ancien footballeur a montré des capacités de stratège politique sans scrupule en choisissant comme candidate à la vice-présidence l’ex-épouse de Charles Taylor, un chef de milice à la sinistre réputation ayant une très lourde responsabilité dans la guerre civile qui a déchiré le Libéria pendant 14 ans, de 1989 à 2003.

Comment se fait-il qu’après un tel massacre les Libériens puissent encore voter pour un candidat ayant un lien aussi clairement affiché avec leurs anciens tortionnaires ?

Eh bien d’abord parce qu’il n’y jamais eu aucun procès organisé contre les criminels de guerre au Libéria. Charles Taylor a été condamné à 50 ans de prison pour crime contre l’humanité mais en Grande-Bretagne, jamais chez lui. Il reste donc énormément d’anciens miliciens d’ailleurs de toutes factions qui restent très influents dans le pays, particulièrement dans leurs régions où ils sont devenus de véritables barons souvent très riches très craints et parfois même régulièrement élus comme gouverneurs. C’est d’ailleurs le cas de Madame Taylor … qui est la sénatrice du comté de Bong, l’ancien fief de son mari, une des régions les plus peuplée du Libéria où grâce à son alliance, George Weah a remporté plus de 40 % des suffrage.