Clôture du XIXe Congrès du Parti Communiste chinois : Xi Jin Ping, l'empereur rouge

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Vincent Hervouët vous parle international est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

À Pékin, le XIX° Congrès du Parti Communiste chinois referme ses portes. Il avait commencé par un discours de trois heures et demi du Président XI Jin Ping. Une semaine après, il se termine comme un sacre.

Dans la charte du parti est désormais inscrite "la pensée XI Jin Ping du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère". On lit, on relit, on se demande ce que c’est, ça donne envie de commander avec, un riz cantonais "le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère".
Dans son discours, Xi a promis que la Chine ne serait plus humiliée, que la priorité des années à venir serait d’améliorer la qualité de vie, qu’en 2050, il y aura un grand état socialiste moderne et une armée puissante. Et que le contrôle du parti sur la société serait renforcé.
Bref, des lendemains qui chantent, mais d’une seule voix.

La pensée Xi est désormais la doctrine du parti.

Elle est dans la charte où l’on trouve aussi en couches successives le marxisme léninisme, la Pensée Mao Zédong, la théorie de Deng Xiao Ping, la théorie des trois représentativités énoncée sous le Président Iang Zemin, la Vision scientifique du développement, chère à son successeur Hu Jintao Ne demandez pas l’exégèse, c’est du chinois, pas le décalogue. La chose à comprendre, c’est que la Charte est aussi élastique qu’un acrobate du cirque de Pékin.
D’ailleurs, il ne reste rien du Petit livre rouge diffusé à plusieurs milliards d’exemplaires et enfoncé à coups de trique dans la tête des Chinois par les gardes rouges. Qui se souvient d’une seule citation du grand Timonier ?
L’important, c’est la terreur qu’il a suscitée. L’important, c’est le pouvoir. Idem aujourd’hui, ce qui importe, ce n’est pas le texte, c’est que le Président Xi soit cité nommément. Alors qu’il est encore vivant. Il n’y a qu’un précédent, Mao lui-même. Cela donne une idée du culte de la personnalité qui l’entoure. L’hyper secrétaire général est un super héros, sans la cape. Au stade suivant, c’est Dieu vivant, avec le mausolée, la momie qu’on visite aux heures ouvrables, la preuve que le communisme est une religion qui triomphe de la nature, du temps, de la mort, c’est Lénine place rouge, Mao Place tien An Man.

La pensée du Secrétaire général va être étudiée dans toutes les écoles.

Tout empereur est un professeur, un maitre à penser. Ceux qui s’opposeront à Xi JinPing seront des hérétiques. Les purges qui ont jeté au cachot 300.000 membres du parti vont continuer. C’est comme cela que le régime se régénère.
Au sommet de ce système opaque, Il y a les sept membres du Comité permanent du bureau politique. Cinq d’entre eux vont être remplacés ce matin. Grand suspens. Un nouvel équilibre entre factions va s’imposer. Mais la boussole du parti et le gourdin sont entre les mains du secrétaire général et il a cinq ans devant lui, au moins.