Tony Parker : "Ça ne rigole pas en NBA !"

SAISON 2015 - 2016
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Invité de l'émission Sortez du cadre, le basketteur est revenu sur le coup de tête de Zidane en 2006. Et compare les sanctions entre football et basket.

Si Tony Parker avait été à la place de Zinedine Zidane en finale de Coupe du monde, se serait-il permis un coup de tête contre Materrazi ? Invité dans Sortez du cadre, le joueur français des Spurs, souvent comparé à Zidane mise sur le non. 

Retour à Berlin, le 9 juillet 2006. L'équipe de France de Football joue la finale de la coupe du monde contre l'Italie, le score est à 1-1 quand, dans les prolongations, le capitaine de l'équipe de France assène un violent coup de tête dans le thorax du joueur italien. "On ne pourra jamais vraiment savoir la vérité, glisse Tony Parker en référence à ce moment culte. Je pense que ce qui s'est passé ne date pas que de ce match là. Je pense que c'est un truc global" poursuit-il. 

"Si tu critiques un arbitre, c'est 25.000 dollars". Tony Parker a beau être le sportif français le mieux payé en 2015, les sanctions financières de la NBA en cas de comportement violent ou injurieux jouent bien sur lui leur rôle dissuasif. "Je rigole toujours avec mes amis et ma famille quand je vois des gars qui se battent en NBA. Je dis 'là, c'est 50.000 dollars (environ 45.000 euros) la patate'. Moi, je ne vais pas donner de l'argent à la NBA ! Si tu critiques un arbitre à la fin d'un match, tu te prends une amende de 25.000 dollars." Même sanction pour un jet de protège-dents, comme c'est arrivé au joueur Stephen Curry, précise le sportif. "Ça va vite, en NBA, ça ne rigole pas !" 

"Impressionné que ll'UEFA ne fasse rien". Le meneur de l’équine de France de basket, qui se lancera bientôt dans le tournoi de qualification olympique à Manille du 4 au 10 juillet, comprend d'ailleurs assez mal l'absence de sanctions sur les terrains de foot. "J'ai toujours été impressionné que l'UEFA ne fasse rien pour contrôler l'image. Les Américains ne rigolent pas avec le marketing, l'image du championnat, des joueurs. Rien que pour ça, je pense que je n'aurais jamais mis de coup de tête."

>> Retrouvez l'émission Sortez du cadre, tous les samedis de 11h à 12h30.

Les émissions précédentes