Le babyfoot électronique pour recréer du lien social

  • A
  • A
Quoi de neuf ? est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Anne Le Gall nous présente une nouveauté ou une innovation pour faciliter notre quotidien.

C'est l'heure de la consommation innovante : un objet à priori vintage mais qui est remis au goût du jour grâce aux nouvelles technologies, le babyfoot

Prenez un babyfoot traditionnel de bistrot, vous lui ajoutez des capteurs électroniques et vous le reliez à un réseau social de joueurs, ça donne le babyfoot connecté. C'est une société française, Tecbak, qui se lance sur ce créneau du babyfoot électronique. Il est présenté jusqu'à ce week-end, au festival de l'innovation Futur en Seine, au Carreau du Temple à Paris.

Comment y joue-t-on ?

On y joue normalement mais la différence c'est qu'avant de commencer à jouer, vous pouvez poser votre téléphone sur un socle spécial qui est relié à la table. Ensuite tout au long de la partie, les capteurs électroniques assurent le comptage des points, l'arbitrage, la vitesse de tir des joueurs ou encore le nombre de gamelles. Le score s'affiche en temps réel, on ne peut donc plus tricher en trafiquant le boulier. L'ensemble de ces statistiques peuvent être récupérées par les joueurs qui peuvent donc ensuite via un réseau social, garder une trace de leurs performances ou avoir un classement des trophées. Cela permet aussi de garder un contact avec les adversaires ou d'en défier d'autres pour un tournoi. L'idée c'est de se servir à la fois du babyfoot et des réseau sociaux, pour créer des rencontres qui n'ont rien de virtuel.

Où trouve-t-on ce babyfoot ? 

Il n'est pas en vente mais il est proposé en location pour des bars ou des entreprises qui voudraient en faire un outil fédérateur pour les clients ou les salariés. L'objectif étant de les fidéliser, d'organiser des évènements ou faciliter les rencontres et les échanges entre les différents services ou étages. Dans les start up, les lieux de convivialité font partie de la politique de ressources humaines. Comme ça, les salariés qui se croisent à la cafeteria ou qui jouent au babyfoot peuvent aussi faire circuler des informations de travail de façon informelle. Ça permet davantage de synergie et l'idée de ce Foosball Society est alléchante.  L'histoire ne dit pas si les réunions autour du babyfoot sont comptées comme du temps de travail ou pas.