Jean-François Copé chez Anne Roumanoff : "J'interprète 'Gigi l'amoroso' ce soir sur scène à Meaux"

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Ce samedi, Jean-François Copé a dévoilé au micro de "Samedi Roumanoff" sa participation au spectacle communal de la ville dont il est le maire, Meaux.

S'il est discret dans les médias, Jean-François Copé ne connaît pas la déprime pour autant. Le maire de Meaux sera même aux côtés de ses administrés sur scène ce samedi soir, à l'occasion de la 19ème édition des "Communaux" 2018, un spectacle de la commune organisé chaque année.

"Gigi l'amoroso". Intitulée "Les 7 péchés communaux", ce spectacle sera donc ponctué par trois interventions artistiques du maire : un intermède au piano, une interprétation de "Gigi l'amoroso" de Dalida et une adaptation du sketch des Inconnus, "Les flics". "On a tout réécrit pour l'adapter à Meaux", précise le maire. 

L'humour, une constante cachée. Ce n'est pas la première fois que Jean-François Copé fait preuve d'un certain humour. Il a en effet été primé à plusieurs reprises par le "Prix Press Club humour et politique". Le dernier date d'ailleurs de l'an dernier, pour un tweet d'octobre 2016, lors de la primaire de la droite à la présidentielle : "Incroyable, j'ai un bon sondage ! Une erreur ?"



Venu récupérer son prix en personne, le maire de Meaux ne s'était pas privé de profiter de l'occasion pour faire une petite démonstration de son humour. "Quand vous m'avez appelé pour me dire, 'Vous faites partie de la liste', j'ai dit : "écoutez c'est ok pour le 28 [le 28 novembre 2017, ndlr], mais vous pouvez aussi le faire le 29, le 30, la totalité du mois de décembre". Avant de continuer : "je profite d'ailleurs de cette occasion pour dire à ceux qui sont là, puisque j'ai très peu d'occasions en ce moment d'aller dans des tribunes, si vous avez des mariages, des communions à animer, je fais du piano..."

Jean-François Copé, l'homme multi-récompensé. En 2013, alors président de l'UMP, il avait reçu le "prix des internautes" pour cette sortie : "A l'UMP, nous apprenons la démocratie. C'est assez nouveau". Ou encore en 2016, avec le "grand prix du tweet politique" pour son message le jour du départ du gouvernement de Christiane Taubira : "Pour une fois où je n'avais pas demandé sa démission !". 

Les émissions précédentes