Le 7 mai, avec ou sans les « nouveaux abstentionnistes ? »

  • A
  • A
Net d'Info est une chronique de l'émission Mediapolis
Partagez sur :

Tous les samedis dans l'émission Mediapolis, Claire Hazan revient sur l'actualité et la politique par le prisme des réseaux sociaux.

Claire vous suivez l’entre-deux tours sur les réseaux sociaux. Et tout ne s’est pas passé comme prévu…


Un véritable champ de bataille… voilà ce qu’on s’attendait à trouver en ouvrant Twitter au lendemain du 1er tour.

En toute logique, la cacophonie devait s’organiser comme suit :

-d’un côté, la fachosphère survoltée, dopée par les bons résultats de MLP.

-en face les militants pro-Macron, tentant de booster la côte d’amour de leur candidat avant le 2nd tour.

-et tout autour une grande vague d’indignation – parce que c’est quand même la spécialité de Twitter -  «un front républicain numérique » appelant à faire barrage au FN.

Finalement rien de tout ça. Ni Le Pen, ni Macron… ceux qui raflent la prime de la visibilité sur les réseaux sociaux cette semaine ce sont les « nouveaux abstentionnistes ». Ils ont voté Jean-Luc Mélenchon le 23 avril, ils se rassemblent maintenant derrière ce hashtag « Sans Moi le 7 mai », appelant au vote blanc ou à l’abstention. Ils refusent de choisir – je cite quelques tweets- entre « la peste et le choléra », « l’extrême-droite et l’extrême-finance », la « haine des étrangers et la haine des pauvres » Comme le dit cet internaute, le 7 mai ils choisiront un seul projet «  celui d’un formidable we en famille, très loin ».

 « #SansMoile7mai », finalement en volume sur Twitter, c’est peu de chose- on parle de 120 000 messages dans les 48h après le vote. Mais ce mot-dièse, né spontanément, a réussi à incarner en quelques jours l’un des principaux enjeux du 2nd tour.

L’enjeu d’ici le 7 mai ce sera aussi pour les 2 finalistes d’essayer de convaincre ces électeurs de rejoindre leur camp… ça représente tout de même un réservoir de 7 millions de voix…

Oui, opération séduction… et là le camp Le Pen est beaucoup plus proactif que le camp Macron, qui reste assez discret sur les réseaux sociaux.

Les équipes de la candidate ont diffusé sur Twitter un tract. Il titre : « L’avenir en commun, c’est aussi avec Marine Le Pen » (« L’avenir en commun », rappelez-vous c’était le nom du programme de JL Mélenchon). Et de lister ensuite les 16 points de convergence supposée entre les programmes des 2 candidats.

Autre stratégie pour récupérer les Insoumis, celle de la culpabilisation, pratiquée par les convertis au vote anti FN, qui se rassemblent sous le hashtag… « AvecMoile7mai ». Leur meilleur argument, c’est cette vidéo de JL Mélenchon datée d’avril 2002, ressortie des tréfonds d’internet et qui tourne en boucle depuis:


En 2002, Mélenchon appelait à "abaisser le plus...par LeNouvelObservateur

En 2002, alors que Jean Marie Le Pen accédait au 2nd tour face à Jacques Chirac, Jean-Luc Mélenchon était moins réservé qu’aujourd’hui sur ces consignes de votes. Les Insoumis eux ont jusqu’à mardi pour exprimer leur préférence de vote sur le site internet du mouvement. Trois cases à cocher au choix : Je vote blanc/Je ne vote pas/ou Je vote Macron. Trois cases donc, et non quatre…