#Castaner : candidat spontané ou désigné à la présidence du parti ? - 28/10/17

  • A
  • A
Net d'Info est une chronique de l'émission Mediapolis
Partagez sur :

Tous les samedis dans l'émission Mediapolis, Claire Hazan revient sur l'actualité et la politique par le prisme des réseaux sociaux.

Mercredi Christophe Castaner était en tête des sujets les plus discutés sur Twitter. Et cette fois-ci ça n’a rien n’avoir avec son étrange débrief du conseil des ministres à vélo, mais plutôt avec la présidence du parti la République en Marche.


En effet, Mercredi 16h, cette information fuite dans les Echos: Emmanuel Macron a choisi Christophe Castaner pour prendre la tête de LAREM.

Problème : dans « le nouveau monde » d’Emmanuel Macron, la tête du parti est supposée être élue par le conseil du parti, composé notamment d’adhérents. Le vote est prévu le 18 novembre prochain.

En attendant donc, sur Twitter Christophe Castaner temporise comme il peut. Il tweete, je cite : « La force de #LREM est son collectif, ses 400 000 adhérents, rien n'est décidé ».


Oui et pour mieux formaliser les choses, jeudi matin sur RTL, il se déclare officiellement candidat….


Alors candidat spontané, candidat désigné, ou déjà président de parti, ce n’est pas très clair. Dans les médias, vous allez l’entendre, on bénit l’invention du conditionnel.

Ce qui se dit aussi, c’est qu’Emmanuel Macron serait furieux de cette fuite. Difficile après cela de faire croire qu’au sein d’En marche les décisions viennent du bas.

Difficile aussi pour les membres du gouvernement d’assurer le service après-vente.

Benjamin Griveau, également pressenti pour le poste, interrogé sur E1 mercredi,  défend  je cite « un choix collectif ».

Mais pour Muriel Penicaud Ministre du travail,à l’inverse, non non, il n’y a pas encore eu de choix. « Ce n’est ni officiel, ni confirmé, ni infirmé » a-t-elle expliqué sur LCI.

Enfin pour Nicole Belloubet Ministre de la Justice, interrogée sur France Info, il y a bien un choix, mais zéro problème.

Et alors, et alors, certains en face chez Les Républicains sont bien contents de faire oublier leur dossier chaud du moment, « celui des exclusions » en intégrant la conversation sur LREM. Ecoutez Daniel Fasquelle, député LR :

«  On est là à gloser des quorums au sein de LR mais si on en parle des quorums c’est parce qu’on vote au sein de LR. Et on a bien compris qu’au sein d’En marche on ne vote pas. Sa majesté Macron a désigné Castaner comme devant présider EM. Au sein des LR et les Français feront la différence ce seront les militants qui choisiront leur président en décembre prochain, et personne d’autre. »

Les militants choisiront leur président… qui ne sera pas Daniel Fasquelle puisque sa candidature vient d’être invalidée faute de parrainages. Laurent Wauquiez reste donc le grand favori chez LR. Autant dire qu’en ce qui concerne la présidence du parti, dans les deux camps, le suspense est à son comble.