Dordogne : la première récolte massive de morilles de culture

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Réussir à cultiver les morilles est un véritable tour de force. Cela fait 200 ans que chercheurs et agriculteurs s’y emploient en Europe comme aux États-Unis. A chaque fois sans succès. Il n’y a qu’en Chine qu’on y est parvenu. Du coup, la France, premier consommateur mondial, est obligée d’importer des tonnes de morilles chinoises séchées avec une traçabilité parfois douteuse. Ce ne sera bientôt plus le cas grâce à France Morilles, une jeune entreprise installée à Gardonne, près de Bergerac en Dordogne. Elle a mis au point une technique pour faire pousser, à la demande, des morilles fraiches, bio avec une parfaite traçabilité.

Il s’agit déjà de leur troisième année de tests. A chaque fois, les rendements s’améliorent. Cette année, par exemple, ils ont récolté l’équivalent de deux tonnes par hectare. Preuve que les résultats ne sont pas dus au hasard. Personne ne sait vraiment pourquoi ce champignon se cultive en Chine et pas ailleurs. Il pourrait s’agir de la qualité des sols ou de conditions climatiques particulières.

Le créateur de France Morilles ne s’est pas trop posé de questions. Il est allé en Chine, a patiemment étudié leurs méthodes, pris un brevet et travaillé avec l’INRA (l’institut National de Recherche Agronomique) pour l’adapter aux espèces et aux sols français. Maintenant qu’il a prouvé qu’elle fonctionne, il va licencier sa technique aux maraichers qui veulent cultiver des morilles françaises. Déjà plus d’une centaine seraient en liste d’attente.

Rappelons que la morille sauvage reste rare. C’est la raison pour laquelle elle est le champignon le plus cher après la truffe… jusqu’à 100€ le kilo selon la variété. Bonne nouvelle : les prix pourraient baisser maintenant que l’on arrive à la produire en France.