Chateaudun : un éthylotest qui prédit quand on sera prêt à reprendre le volant

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Un éthylotest qui prédit quand on sera prêt à reprendre le volant

Jusqu’ici, l’éthylotest était un produit assez primitif. On souffle dans le ballon et un témoin change de couleur si le test est positif.

Imaginez maintenant un éthylotest, capable de dire : « ne prenez pas le volant tout suite, attendez deux heures… Vous aurez cuvé. »

Mieux : dans les cas extrêmes, quand on ne sait même plus à quel endroit on se trouve, il vous géolocalise, prend votre photo et l’envoie à un taxi pour qu’il vienne vous chercher.

C’est ce que propose la société Good Angel avec son éthylotest connecté. Une invention que l’on doit à un Dunois, Karl Auzou, natif de Chateaudun dans l’Eure-et-Loire (28).

Comment arrive-t-il à savoir quand reprendre le volant ? C’est tout l’intérêt de connecter l’éthylotest au téléphone portable. On peut l’associer à une application qui va estimer son degré d’absorption d’alcool en fonction de sa taille, son âge, son poids et du dernier repas pris.

Mais cela reste cher : 100€ l’éthylotest qu’il faudra, en plus, recalibrer tous les ans pour 30€. S’ajoute à cela, un abonnement de 6€ par mois au service d’assistance. Il donne droit à un seul raccompagnement gratuit. Au-delà, il faudra payer son taxi.

Rappelons, qu’en France, l’alcool est responsable de près d’un tiers des morts sur la route.

Les compagnies d’assurances sont donc particulièrement intéressées. D’autant que l’éthylotest n’est plus obligatoire pour les particuliers –il l’est en principe, mais sans contrôle ni verbalisation.

Good Angel propose donc son service, également, en marque blanche aux assureurs. Ce qui permet, par exemple, d’offrir une réduction à ceux qui s’engagent à utiliser l’éthylotest.

La société est née il y a à peine un an et elle finalise déjà sa deuxième levée de fonds. Objectif : 1,5 millions d’euros pour attaquer le marché européen…