Cergy : un projet fou qui veut transformer les salles de gym en centrales électriques

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Cergy : un projet fou qui veut transformer les salles de gym en centrales électriques

Il s’appelle Green Wheels et on le doit à deux étudiants, deux sportifs, l’une championne d’aviron, l’autre de cyclisme. Lassés de transpirer pour rien dans les salles de gym, ils ont eu l’idée de générer de l’électricité avec l’énergie gaspillée à courir sur des tapis, pédaler sur place ou à soulever de la fonte sur des machines de musculation.

Un projet plus réaliste qu’il n’y paraît. D’abord, il n’est pas mené par deux rêveurs utopistes, mais par deux étudiants de l’ENSEA, une grande école d’ingénieurs en électronique. Ensuite, rien qu'à Paris, on compte déjà 800 salles de gym et 10.000 membres réguliers (un chiffre qui a doublé entre 2009 et 2015). Alors, imaginez toute l’énergie qu’il serait possible de récupérer, stocker et réutiliser sans passer par le nucléaire.

Il faudra simplement accepter de devenir une sorte de carburant vivant pour ces nouvelles centrales. C’est pourquoi les premières salles de gym équipées seront 100% gratuites. Un échange de bons procédés.

Le projet murit doucement. Les générateurs existent déjà. Un partenariat a été noué avec le CEA, l’organisme qui a développé des batteries révolutionnaires pour justement stocker les énergies renouvelables.

Il leur manque néanmoins des partenaires pour fabriquer les machines de sport. Et surtout, des compétences en gestion d’entreprise. N’oublions pas puisqu’ils sont davantage ingénieurs que managers.

Donc si vous souhaitez les aider, contactez-nous, nous transmettrons.