Andorre : un nouveau Airbnb qui ne liste que des logements de francophones

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Se loger chez l’habitant à l’étranger quand on est nul en langues.

Un site plutôt bien nommé, puisqu’il s’appelle "location-francophone.com". Une sorte de "AirBnB", mais réservé aux francophones. On le doit à Julien D'Houndt, un chti de Dunkerque, désormais installé dans les Pyrénées, à Andorre.

Julien adore voyager chez l’habitant mais il a toujours souffert de la barrière de la langue. Il a donc créé un site où les hôtes et les voyageurs s’engagent à parler français. Du coup, les échanges sont facilités : quand on donne des instructions pour récupérer les clés ou activer l’alarme, chacun est sûr de bien se comprendre. Car il faut l’admettre, les Français sont plutôt nuls en langues étrangères. Les 2/3 ne parlent aucune langue étrangère couramment. Et si l’on ne s’arrête qu’à l'anglais, seulement 1 Français sur 5 le parle couramment.

Se concentrer sur les francophones ne semble pas limiter la variété des destinations. En six mois d’existence, le site dispose déjà de logements dans 24 pays : Argentine, Australie, Cambodge, île Maurice, Mexique, Thaïlande, États-Unis, Vietnam… entre autres.

Toute sorte d’hébergements sont également proposés : maisons et appartements, bien sûr, mais aussi des bateaux, des camping-cars et même des terrains où camper. Enfin n’oublions pas qu’il y a 274 millions de francophones dans le monde. Donc le potentiel est énorme.

D’ailleurs, le site ne vise pas uniquement les français recherchant un hébergement à l’étranger. Il intéresse aussi tous ceux qui veulent se perfectionner dans la langue de Molière. Sa vocation est donc de faciliter le contact entre francophones et de promouvoir la francophonie dans le monde.

Note : Location-francophone.com vient de lancer une campagne de financement participatif pour se développer. Il est possible d’y participer sur le site kisskissbankbank.com.