Némo : un animal qui a du chien !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Lettre ou ne pas lettre est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque jour, Michaël Hirsch nous fait partager une lettre adressée à une personnalité ou une institution qui fait l'actualité.

Ce mardi, Michaël Hirsch a décidé d’écrire au chien du président de la République qui vient d’uriner dans un salon de l’Élysée en pleine interview de son maître.

Cher Némo,

Toi le chien du président, toi mon nouvel héros.

Tandis que le quinquennat de François Hollande avait davantage mis en avant les bêtes que les animaux, tant il avait rapidement su se faire 30 millions d’ennemis. Que le seul animal à lui avoir marqué son soutien, aura été ce pigeon, qui au lendemain des attentats du 13 novembre, lui fit un cadeau du ciel en souillant sa veste, prouvant ainsi que ce jour-là même Dieu était Charlie !

Tandis qu’avant lui, il y avait eu Nicolas Sarkozy, qui ne sortait jamais sans son Carlin, son Carlin Bruni, même s’il s’identifiait plus à Big, son petit chihuahua

Toi, Némo, tu n’étais jusqu’ici pour le grand public, que le lointain successeur du Cavalier King Charles De Gaulle et le modeste homologue du Braque Obama. Alors il était grand temps de marquer ton territoire.

Mais être chien présidentiel, implique d’être à la hauteur du poste. Et si parfois la fonction crée le besoin là c'est surtout les besoins qui ont créé la fonction !

Car oui, Némo, tu es un animal qui a du chien, tu es le digne représentant du French Flaire, et on le sait dans ces cas-là le flaire plaît.

Et puis si le Président avait voulu un compagnon qui fait là où on lui dit de faire, il n’avait qu'à adopter un chien chie là !

Alors justement, toi à qui il ne manque que la parole, tu fais aujourd’hui la Une des journaux, enfin une rubrique pour un chien qui ne s’est pas écrasé.

Et dans ces dédales de salons emplis de bibelots, tu aurais pu aller droit au buste, faire au pied d’une statue, pour tenter d’amadouer Marianne, mais face au regard de marbre du Président, tu as eu peur de finir en chien d'aveugle.

Alors samedi, tu as attendu la présence de trois journalistes, pour faire une déclaration limpide et d’un seul jet. Et tu as pissé dans la cheminée. Et en un geste trivial, et sans doute mal compris tu as résumé magistralement la pensée de ton maître : on peut atteindre tous les foyers grâce à la théorie du ruissellement.

Tendrement,
Michaël