Chère grande famille du cinéma français, "les César, c’est interminable"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Lettre ou ne pas lettre est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque vendredi, Michaël Hirsch nous fait partager une lettre adressée à une personnalité ou une institution qui fait l'actualité.

Ce soir c’est la cérémonie des César alors Michaël vous avez décidé d’écrire un petit mot d’encouragement aux participants !

Oui, enfin, chère grande famille du cinéma, je voulais surtout vous souhaiter bon courage ! On le sait, les réunions de famille c’est rarement une partie de plaisir ! Et celle de ce soir pourrait ne pas déroger à la règle !

D’abord parce que les César, comme toutes les réunions de famille c’est interminable, en un mot interminable… Ça devient "inter minables" seulement si le président des Républicains Laurent Wauquiez et l’eurodéputée de droite Nadine Morano décident de s’incruster.

Et puis comme dans toutes les réunions de famille, ça peut partir en sucette quand on va aborder les sujets d’actualité, faut juste espérer pour cette cérémonie que le tonton alcoolique de la soirée ne fasse pas de blagues misogynes. Ce n’est vraiment pas l’année.

Entendu sur Europe 1
Ce soir, mieux vaut éviter de mettre Laura Smet et Jean Reno côte à côte.

Comme dans toutes les réunions de famille, aussi, y’aura des cadeaux mais pas pour tout le monde. Dans le cas des César c'est toujours le même cadeau, cette petite statuette qui est une compression de l’artiste César, je le rappelle, et qui me semble être une allégorie de l’humilité qu’impose le cinéma, c’est quand tu te crois vraiment brillant qu’il vaut mieux que tu t’écrases !

Le casse-tête du "plan de table". Pour cette cérémonie, se pose aussi la question du plan de table, comme dans toutes les réunions de famille. Par exemple, ce soir, mieux vaut éviter de mettre Laura Smet et Jean Reno côte à côte. Et puis c’est impossible également de mettre deux ex l’un à côté à de l’autre, et comme la cérémonie des César a ceci de commun avec les cousinades que tout le monde a déjà couché avec tout le monde, c’est un vrai casse-tête !

Par exemple, vous, Eric Toledano, impossible de vous placer à côté de Julie Gayet, de Charlotte Gainsbourg, de Juliette Binoche, d’Emmanuelle Devos, de Mélanie Laurent, de Bérénice Bejo, tandis que vous Olivier Nakache on ne peut juste pas vous assoir à côté d’Eric Toledano.

Et à l'instar de toutes les réunions de famille, y’a toujours une branche un peu différente, qu’on regarde du coin de l’œil, qu'on jalouse, et qu’on méprise un peu aussi, pour ce qui est du 7ème art c’est la famille de la comédie populaire. Car bien souvent dans le cinéma, l’art n’est pas à la rigolade et quand des entrées on en a trop fait, on n'a pas de trophée. Mais réjouissons-nous, car cette édition des César est celle de la réconciliation avec la création de ce prix du public !

Enfin comme dans toutes les réunions de famille, on se remémorera ceux qui nous ont quittés cette année, cet arrière-grand oncle toujours élégant et follement drôle, Jean Rochefort, cette grande tante à la voix rauque et chaude, si belle et si touchante, Jeanne Moreau, et puis tous les autres qui sont partis trop vite mais qui nous laissent tant de beaux souvenirs !

Alors je vous souhaite à tous que cette soirée, faites de strass et de paillettes, mais aussi de stress et de Payette, oui Manu Payet, soit réussie et heureuse avec ou sans trophée. Car finalement, en famille comme ailleurs, la reconnaissance d'un pair, ça n’a pas de prix !

 

Tendrement,

Michaël