Pourquoi y a-t-il des fenêtres murées sur les beaux immeubles parisiens?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les pourquoi est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Philippe Vandel répond à un pourquoi de l'actu.

Avec l’affaire des loyers, on parle beaucoup des propriétaires de logements. Et vous avez certainement remarqué ça à Paris : il y a de très très beaux immeubles en pierre de taille, hausmanniens, mais pas seulement, qui sont ornées d’une ou plusieurs fausses fenêtres en trompe l’œil, et même parfois grossièrement murées. Et aussi parfois dans les quartiers plus populaires, mais c’est très rare.

Pourquoi cette faute de goût chez les riches?

Comme souvent c’est une question d’argent. Pas un problème de décoration architecturale. L’affaire remonte au Directoire, quelques années après la Révolution française.  Le gouvernement voulait créer une taxe foncière, mais ne savait pas comment s’y prendre pour calculer les superficies. Le système métrique avait du mal à s’imposer.  Le législateur s’est alors inspiré de la "Window Tax" anglaise. Les propriétaires étaient taxés non pas en fonction de la superficie de leur appartement, mais suivant le nombre de fenêtres dont il disposait, ce qui simplifiait les méthodes de calcul. La contribution des portes et fenêtres a débarqué en France le 24 novembre 1798.  Mais aussitôt, de braves bourgeois - et de moins braves - firent murer chez eux une ou deux fenêtres... pour payer moins cher.

C’est de l’histoire très ancienne ?

Pas du tout ! L’impôt sur les portes et fenêtres a subsisté plus d’un siècle : du Directoire jusqu’à la Première Guerre mondiale !  Donc c’est simplement de l’histoire ancienne... dont on voit encore les conséquences aujourd’hui.