Pourquoi le football se joue-t-il à onze ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les pourquoi est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Philippe Vandel répond à un pourquoi de l'actu.

Nous sommes le 11 septembre, et c’est notre 11e matinale. (Tu veux faire exprès tu y arrives pas.) Bref : pourquoi 11 joueurs dans une équipe de foot ? Pourquoi pas un compte rond : 10 ou 15 ou 12 ?  A cause des Anglais. Tout d’abord, ce ne sont pas les Anglais qui ont eu les premiers l’idée de taper dans une balle avec les pieds. Il y a 2.000 ans, les Grecs, puis les Romains et les Chinois s’y amusaient déjà, mais c’était davantage un jeu qu’un sport.  A la fin du XV° siècle, la région de Florence voit l’émergence d’une version très virile entre villageois, qui va disparaître deux siècles plus tard mais qui donnera son nom italien au football...

... Le Calcio !

Le foot tel que nous le connaissons (avec deux équipes et un but de chaque côté) trouve son origine dès le XIIe siècle en Normandie et en Angleterre : la soule. Le ballon de cuir apparaît au XVIe. Pour le reste, chaque village se débrouille avec ses règles locales non codifiées.  En 1835, le "Highway act" britannique interdit de jouer au foot sur les routes et les chemins du royaume. Les joueurs se replient sur un terrain clos. Et c’est dans les collèges anglais que va naître le football moderne. Eton, Arrow, Westminster, Winchester, etc, chaque collège a ses propres règles. Le nombre de joueurs varie, la taille des buts aussi.  Une constante se dessine peu à peu : pour des raisons pratiques, et pour renforcer l’esprit de corps des adolescents, les équipes étaient constituées par dortoirs (les collèges huppés étaient des pensions). Or chaque dortoir comptait dix élèves.

10, c’est pas 11…

J’y viens. A l’époque, pas de 4-4-2, une seule tactique : tout le monde jouait en attaque!  Sauf qu’il y avait trop de buts, c’était trop facile. Alors pour compliquer la tâche, il a été décidé de placer un type dans les buts, qui avait le privilège d’attraper le ballon à la main : le gardien de but. Oui, mais personne ne voulait de ce rôle ingrat, on choisissait naturellement le surveillant de chaque dortoir. Le pion et ses élèves : 1+10=11.