Un patron dans le désert : le télétravail n'est pas un mirage

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les Français sont formidables est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Gauthier Toulemonde, patron de PME, a décidé de planter son bureau au milieu du désert pour prouver qu'on peut travailler à distance sans aucun problème.

Vous en avez marre de galérer dans les transports ? De subir le vacarme de votre open space ? Faites comme Gauthier Toulemonde, partez bosser dans le désert !

Ce patron de PME a décidé de planter son bureau au milieu des dunes, pour prouver qu'on peut travailler à distance sans aucun problème. Pendant 40 jours, il va répondre à ses emails sous le soleil du sultanat d'Oman !

C'est ce qu'on appelle vivre comme un sultan ?

Gauthier est plus proche de Mike Horn que de Bernard Arnaud ! Les conditions de travail sont extrêmes dans le Rub al-Khali. Les journées sont brûlantes, il y a des tempêtes de sable et nuits particulièrement glaciales.
Malgré ça, l’entrepreneur est confiant. Ce n'est pas la première fois qu'il joue le Robinson. Il a pris son PC et son téléphone satellite, du riz, et un peu d'eau. Bref, il peut bosser comme un chameau !

Il est vraiment tout seul là-bas ?

Il n’y a pas un chat aux alentours. Juste un chien qui lui tient compagnie. Slooki, une levrette afghane. Gauthier est plus seul que François Fillon. Ce patron aime sa solitude, il résiste très bien aux tentations de notre monde ultra-connecté.
Pour faire tourner sa boite, il lui suffit de consulter ses messages trois ou quatre fois par jour. Pour un ado, ce serait Guantanamo, mais pour Gauthier, c’est la liberté.
Moralité : le télétravail ne va pas sans le droit à la déconnexion. C’est essentiel pour des citadins privés de désert !

Est-ce qu'il a fait des aménagements pour le télétravail dans son entreprise ?

Tout à fait, et ça lui a permis de faire de grosses économies et de limiter les trajets de ses employés.
Voilà la preuve que le télétravail n'est pas un mirage. C'est pratique, économique et écologique : "Merci patron !"