La mêlée du Cœur de Millau

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les Français sont formidables est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le 25 mai, le club de Rugby de Millau va essayer d'entrer dans le livre des records en formant la plus grande mêlée de rugby au monde.

Le 25 mai, le club de Rugby de Millau va essayer d'entrer dans le livre des records en formant la plus grande mêlée de rugby au monde !

L'objectif est de rassembler 2.023 personnes qui, au coup de sifflet de l'arbitre, vont joyeusement se rentrer dedans pour former une mêlée géante.
C'est une idée festive ! Vous risquez de vous demander : "2.023 personnes, c'est un nombre impair, il y aura pas le même nombre de joueurs de chaque côté. Ca va poser problème ?"
La réponse est non, il suffira de mettre 2.022 personnes d'un côté et Sébastien Chabal de l'autre, pour équilibrer tout ça.
Et puis surtout c'est pas une vraie compétition, la mêlée n'a pas lieu au bord d'une falaise, c'est pas la peine de pousser comme des malades.
Si ça se passait sur le viaduc de Millau, à 343 mètres de haut, ça aurait été une autre histoire. Mais là c'est pour une bonne cause, donc no stress.

Et quelle est donc cette bonne cause ?

En fait il y en a plein :
Premièrement, récolter des fonds contre le cancer.
Deuxièmement, soutenir la candidature de la France pour la Coupe du Monde de Rugby en 2023 ! C'est pour ça 2.023 participants.
Et troisièmement faire parler de la ville de Millau et de la région Occitanie dans le monde entier.
Donc il y a déjà un record du monde de battu, c'est celui du plus grand nombre de raisons de battre un record du monde.
C'est bien à l'image de cette Mêlée du Cœur de Millau, c'est une bonne action collective.

Le principe c'est d'unir ses forces.

Exactement. Si on veut avancer, il faut pousser ensemble !
"Poussons ensemble" restera le mot d'ordre de la Mêlée du Cœur de Millau.
C'est le 25 mai, il y aura 2.023 rugbymen, 4.046 oreilles en chou-fleur, et beaucoup beaucoup de bonne humeur !

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques